Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Retransmettre ou pas à l'écran les horreurs de la guerre, diffuser ou non des vidéos montrant des décapitations ou des otages menacés d'exécution : ces choix difficiles pour les chaînes de télévision ont divisé les professionnels des médias qui se sont réunis à Doha. "Les médias relaient le terrible impact des bombes, montrent des tas de cadavres et les destructions que causent ces bombes, mais ils provoquent un choc lorsqu'ils montrent, par exemple, la décapitation d'un otage étranger en Irak", a noté le rédacteur en chef adjoint du quotidien arabe Al-Hayat, Abdel Wahab Badr Khan. "Doit-on s'empêcher de publier ou de diffuser les images d'une décapitation ?", s'est demandé ce journaliste du quotidien basé à Londres, ajoutant que l'unique critère à retenir réside dans "l'information apportée" par le document. Des chaînes de télévision satellitaires, dont Al-Jazira, du Qatar, et Al-Arabiya, basée à Dubaï, ont été particulièrement critiquées par l'administration américaine pour leur couverture de la guerre en Irak en 2003 et de la guérilla qui s'est ensuivi dans le pays. Des critiques ont également été formulées après la diffusion par ces chaînes d'images de ressortissants étrangers pris en otage en Irak ou de scènes liées à la décapitation ou l'exécution d'Américains ou d'Asiatiques en Irak et en Arabie saoudite par des radicaux islamistes armés. "Nous avons toujours évité de diffuser des images affreuses, dont celles des décapitations d'otages, par respect pour les sentiments des téléspectateurs", a affirmé le directeur général d'Al-Jazira, Waddah Khanfar. M. Khanfar, dont la chaîne a rassemblé lundi et mardi plus de cent professionnels à Doha pour un débat sur le rôle des médias, notamment en situation de guerre, a affirmé qu'Al-Jazira "veille à ne pas servir de tribune de propagande" aux auteurs des vidéos de scènes "horribles" qu'elle reçoit. Al-Jazira, mise à l'index notamment à Washington depuis sa couverture en exclusivité de la guerre en Afghanistan fin 2001 et des messages du chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden, est en passe de se doter d'un code de déontologie professionnelle" pour pallier toute anomalie dans son fonctionnement. Bertrand Picquerie, président du World Editors Forum, une association internationale basée à Paris, est plus prudent. "Il n'y a pas, en soi, un principe universel qui voudrait qu'on montre ou qu'on ne montre pas une telle image. Mais la déontologie du rédacteur en chef lui permet de prendre la bonne décision", a-t-il expliqué à l'AFP. De plus, a-t-il ajouté, "l'image montrée ne doit en aucun cas servir un but de propagande et les médias doivent refuser toute manipulation". Son avis est partagé par le père Jean-Marie Benjamin, secrétaire général de l'association culturelle chrétienne Fondazione Beato Angelico, basée en Italie, et réalisateur de plusieurs documentaires sur l'Irak. "La diffusion d'images tragiques et douloureuses devrait s'arrêter lorsque la dignité de la personne humaine, c'est-à-dire de la victime, est froissée et lorsque la conscience morale collective pourrait être manipulée à des fins politiques, économiques ou culturelles", a-t-il dit.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Produits relatifs
349,90 €
405,00 €
426,27 €
746,11 €
59,99 €
8,99 €
  
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public