Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Le tribunal de Paris a rejeté vendredi la demande de l'association de lutte contre la pédophilie L'Ange Bleu, qui réclame le paiement des gains glanés par Vincent Mc Doom lors de l'émission de télé-réalité "La Ferme Célébrités", comme prévu avant la diffusion du programme. Le présentateur télé refuse qu'une part de ses gains - 90.000 euros - soit versée à l'organisation de lutte contre la pédophilie qu'il défendait lors de l'émission car il a découvert que parmi ses initiatives celle-ci propose un soutien psychologique aux pédophiles, une idée qu'il réprouve. Devant les juges du référé, l'Ange Bleu demandait à TF1 et la société de production So Nice le versement de l'argent. Mais le tribunal a estimé que l'association n'était pas fondée à agir en justice en tant que personne morale, sa création n'ayant pas été régulièrement déposée en préfecture. M. Mc Doom, qui n'était pas présent jeudi à l'audience en référé, demandait de son côté que la part des gains qui devait être versée à L'Ange Bleu soit finalement versée par TF1 et la société de production So Nice à une autre association, l'Enfant Bleu. Le tribunal a également rejeté cette demande, tout comme celle de TF1 et de So Nice de geler les 90.000 euros en attendant que la justice se prononce éventuellement sur le fond dans cette affaire. Parmi les associations de lutte contre la pédophilie, L'Ange Bleu est un cas à part puisque toutes les autres concentrent leurs efforts sur l'aide aux victimes et la protection de l'enfance, pas sur les pédophiles eux-mêmes.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Produits relatifs
50,46 €
72,50 €
35,99 €
91,90 €
10,90 €
34,39 €
  
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public