Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS

Le satellite météorologique de nouvelle génération MetOp doit être lancé mardi depuis le cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan, après une série de contre-temps qui a fait prendre trois mois de retard à ce nouvau fleuron de l'organisation européenne Eumetsat. Satellite d'observation de la Terre le plus complexe jamais construit, MetOp fournira des données d'une précision inégalée sur l'humidité et la température de l'air, la fonte des glaces et l'accumulation des gaz à effet de serre. Le lancement, qui sera effectué par une fusée russe Souyouz-Fregat, est prévu à 22H28 heure locale (16H28 GMT). MetOp, qui devait initialement être mis sur orbite le 17 juillet a connu une série de malheurs: le lancement avait dû être repoussé une première fois en raison d'un problème sur le système de navigation inertielle (destiné à maintenir la fusée sur sa trajectoire). Il avait été retardé une deuxième fois pour un signal inquiétant sur un propulseur et une troisième fois en raison d'une anomalie survenue lors du compte à rebours dans les équipements au sol. Un énième retard avait été enregistré en octobre après que la partie supérieure du lanceur eut subi une chute de quelques centimètres lors de son transfert sur le train l'amenant au pas de tir. MetOp va venir compléter les données fournies par les satellites Meteosat exploités depuis 1978 par Eumetsat. Si ces derniers survolent la Terre à très haute altitude (36.000 kilomètres) en orbite géostationnaire, MetOp sera placé en orbite basse (820 km) et polaire, c'est-à-dire passant au-dessus des pôles. Ce satellite, construits par l'européen EADS, sera la première contribution des Européens au système de satellites polaires américains, dont le premier, Tiros-1, a été lancé en 1960 et était le premier véritable satellite météorologique au monde. Aux termes d'un accord conclu en 1998 entre l'administration américaine de météorologie et d'océanographie (NOAA) et Eumetsat, les Européens se sont engagés à partager la responsabilité des systèmes polaires, alors qu'ils dépendaient jusqu'ici des informations fournies par les Américains. MetOp observera chaque point du globe aux environs de la même heure, vers 09H30 en heure solaire locale, lorsqu'il "descendra" du nord vers le sud tandis que son alter ego américain sera chargé de l'après-midi. En "remontant", il observera la Terre de nuit. Premier d'une série de trois satellites identiques, MetOp est une énorme boîte de 6 mètres de haut et d'un poids total de 4,09 tonnes. Il va emporter une douzaine d'instruments, dont cinq équipements européens de pointe. Les trois satellites du programme représentent un investissement total de 2,4 milliards d'euros, dont 1,8 milliard à la charge d'Eumetsat, l'organisation européenne qui les exploitera, le solde revenant essentiellement à l'Agence spatiale européenne (Esa). Le programme doit s'étaler sur quinze ans, chaque satellite ayant une durée de vie de l'ordre de cinq ans.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public