Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS

Une grève de 59 minutes, à l'appel de la CGC pour réclamer une hausse des salaires, a été suivie mercredi soir à France 3 par "13,6% des personnels planifiés, hors cadres de direction" et a perturbé la diffusion du "19/20", a-t-on appris auprès de la direction de la chaîne. "Le +19/20+ n'a pas été diffusé dans sa configuration habituelle", a indiqué la direction. Seulement "neuf éditions régionales sur 24 ont pu avoir lieu normalement" et "les 15 autres ont été remplacées par +L'édition des régions+, florilège des informations de toutes les régions fabriqué par la rédaction de France 3 Sat", a-t-on précisé. L'édition nationale "n'a pas été assurée et a été remplacée par +L'édition des régions+", a-t-on ajouté. Les neuf éditions régionales diffusées normalement ont été celles des Alpes à Grenoble, du Centre à Orléans, du Limousin à Limoges, de Lorraine à Nancy, de Champagne-Ardennes à Reims, de Haute-Normandie à Rouen, de Basse-Normandie à Caen, des Pays-de-la-Loire à Nantes et de Rhône-Alpes à Lyon. La CGC avait appelé "tous les personnels de France 3" à cesser le travail de 18H45 à 19H44 pour demander à la direction "une augmentation mensuelle de 150 euros, exprimée en points d'indice", a indiqué le syndicat dans son préavis de grève. Plusieurs préavis similaires, appelant à 59 minutes d'arrêt de travail et réclamant une hausse générale des salaires de 150 euros par mois, ont été déposés par d'autres syndicats de la chaîne. SUD a déposé un préavis pour vendredi de 11H45 à 12H44, FO pour le mardi 24 octobre de 18H45 à 19H44 et la CFTC pour le jeudi 26 octobre de 10H30 à 11H29. Lundi dernier, l'appel de la CFDT et du SNJ a été suivi par 18% des personnels planifiés, hors cadres de direction, selon le direction, et a perturbé des programmes de la matinée. Seule la CGT a appelé à une grève de 24 heures, le lundi 23 octobre. La CGT réclame non seulement ces 150 euros d'augmentation mais affiche d'autres revendications. Le syndicat veut notamment la "garantie que l'évolution de la masse salariale ne sera pas financée par une réduction des emplois ou une externalisation de l'activité".
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public