Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Jésus a été enterré à Talpiot, au sud de Jérusalem, auprès de sa femme Marie-Madeleine et de son fils Judas. C'est la thèse iconoclaste que le cinéaste israélo-canadien Simcha Jacobovici défend dans "Le tombeau de Jésus", un documentaire produit par l'américain James Cameron, qui rappelle le best-seller Da Vinci Code, diffusé ce soir sur TF1 à 23h20. En 1980, dans le quartier de Talpiot, les excavatrices mettent au jour un caveau dans lequel reposent dix ossuaires, petits cercueils de pierre contenant des ossements. Sur l'un d'eux est écrit en araméen "Jésus, fils de Joseph" (Yeshoua bar Yossef). Entreposés dans les sous-sol d'un musée archéologique, les ossuaires tombent dans l'oubli. Le caveau lui-même disparaît, enfoui sous un ensemble immobilier. Vingt-cinq ans plus tard, Simcha Jacobovici revient sur les lieux, enquête sur les ossuaires, à grands renforts d'experts - historiens, linguistes, archéologues médico-légal, analystes d'ADN - et retrouve l'entrée du caveau, fermée par une plaque de béton. Outre celui marqué au nom de Jésus, les ossuaires trouvés dans le sépulcre portent les noms de "Maria" (qui évoque Marie, mère de Jésus), de "Mariamne" (écrit en grec, sans doute Marie-Madeleine) et, pour le plus petit d'entre eux, de "Judas, fils de Jésus". Les statisticiens interrogés par Simcha Jacobovici estiment que les chances de trouver un tel ensemble de noms dans un même caveau familial sont rarissimes. En outre, l'analyse des traces d'ADN de l'ossuaire marqué "Jésus" et de l'ossuaire marqué "Mariamne" montre l'absence d'un lien de sang. Ils sont donc mari et femme. Simcha Jacobovici assure qu'il s'est borné à une enquête journalistique classique. "Il s'est comporté en historien et l'histoire n'est pas une science", assure Jacques Legros, qui présentera sur TF1 ce documentaire, déjà diffusé aux Etats-Unis par Discovery Channel. Simcha Jacobovici n'en conforte pas moins la fiction développée par Dan Brown dans le "Da Vinci Code", d'un Christ marié à Marie-Madeleine, dont il aurait eu un fils. Au passage, il bouscule d'autres idées reçues ancrées dans la religion catholique. Jésus avait des frères et soeurs, puisque l'un des ossuaires porte le nom de "Jacques, fils de Joseph". "Ce que je dis ne va pas à l'encontre de la foi catholique", assure Simcha Jacobovici, venu en France présenter son documentaire et défendre sa thèse. Le Christ a pu ressusciter le troisième jour, après avoir été enterré à Talpiot". Par contre, il ne serait pas, selon sa thèse, monté au ciel avec son corps, comme l'affirme le dogme de l'Ascencion. Il dénonce la "peur" des spécialistes qui se refusent à enquêter sur ce "trou noir". "De 1980 à 1996, le département israélien des Antiquités n'a même pas rédigé un rapport interne sur le caveau", s'indigne-t-il. Selon lui, cette affaire a "trop d'aspects chrétiens pour les Juifs", "trop d'aspects juifs pour les chrétiens". Prudemment, TF1 fera suivre la diffusion du documentaire d'un débat animé par Jacques Legros entre Simcha Jacobovici et Mgr Jean-Michel di Falco, président du Conseil pour la communication de la Conférence des évêques de France.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public