Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Le syndicat national des journalistes CGT "s'étonne" dans un communiqué que des journalistes soient nommés à des postes de conseillers de presse et dénonce une "confusion des genres devenue pratique courante". Tout en convenant que "chacun est libre de changer de métier" et "d'abandonner sa carte de presse", le syndicat dénonce une "confusion des genres", "devenue une pratique courante", qui est, selon lui, "un mauvais coup pour la profession". La journaliste du Point Catherine Pégard, le journaliste de Nice Matin Georges-Marc Benamou, la journaliste du Figaro Myriam Lévy ont été nommés conseillers de presse à l'Elysée ou à Matignon, rappelle le syndicat. Selon le SNJ-CGT, "les accusations de connivence, de journalisme de révérence, de liens de moins en moins cachés entre la caste politique et certains medias vont se renforcer dans l'opinion publique" et "la confusion des genres est devenue une pratique courante". Le SNJ-CGT rappelle que, selon des informations de presse non confirmées, Laurent Solly, ancien directeur de campagne adjoint de Nicolas Sarkozy, pourrait devenir l'un des directeurs généraux adjoint de TF1. Il rappelle aussi les liens entre les journalistes Béatrice Schoenberg et Marie Drucker et certaines personnalités politiques, ainsi que les engagements politiques affichés par le journaliste Alain Duhamel, qui lui avaient valu d'être suspendu de l'antenne de France 2 et RTL. Pour le syndicat, "ces liens médiatico-politiques deviennent insupportables car ils mettent en cause la crédibilité d'une profession déjà tellement décriée". Il estime que "la +berlusconisation+ hexagonale est en marche". Alain Girard, premier secrétaire général du SNJ, a fait savoir vendredi que son syndicat serait "vigilant" après la nomination de journalistes comme conseillers de presse au gouvernement, et veillera à ce que leur mission ne "brouille pas l'image de la profession". "Leur choix est respectable, à condition qu'il ne vienne pas brouiller un peu plus l'image de la profession et l'impartialité qui doit être la sienne", a déclaré à l'AFP le responsable du principal syndicat de journalistes. "Il est important que la qualité, le statut, de la personne soit clair au moment où elle s'exprimera: si elle intervient dans des débats sur des plateaux télévisés, il ne faudra pas qu'elle se présente comme journaliste", a poursuivi M. Girard. "L'image, le statut du journalisme ne devront pas être brouillés par ces missions: notre vigilance sera à ce niveau-là", a ajouté le responsable syndical.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public