Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Les réalisateurs du film documentaire Microcosmos ont perdu mercredi le procès qu'ils avaient intenté à Evian et à des publicitaires à qui ils reprochaient d'avoir contrefait leurs photographies de coquelicots dans une campagne de promotion de l'eau minérale. Les deux auteurs ont été condamnés par la 3ème chambre du tribunal de grande instance (TGI) de Paris à verser 100.000 euros de dommages-intérêts à chacun des deux créateurs de "Waterboy", le héros des films commerciaux d'Evian ainsi que 30.000 euros à la société Wizz, productrice d'un des clips publicitaires de la campagne. Les réalisateurs de Microcosmos, Claude Nuridsany et Marie Perennou, également auteurs d'un ouvrage édité en 1997 sous le titre "La Métamorphose des fleurs", jugeaient que leurs photos de coquelicots, par ailleurs utilisées par Kenzo pour sa gamme "Flowers" après accord des deux artistes, avaient été abusivement exploitées par Evian dans un film d'animation sur internet et dans un clip vidéo. Le TGI de Paris a été clair: "l'unique ressemblance entre les deux oeuvres réside dans le choix de la fleur, un coquelicot, et dans le fait que ces fleurs se redressent et s'ouvrent". "Après avoir visionné le dessin animé, le tribunal constate que la séquence litigieuse de celui-ci ne reproduit pas les caractéristiques originales des photographies et que l'impression d'ensemble donné par les deux oeuvres est très différente", poursuit le tribunal. "Ainsi, les photographies ont une esthétique froide et pourraient figurer dans un ouvrage scientifique alors que le film est le fruit d'une imagination créatrice très originale et pleine d'humour", ont ajouté les magistrats dans leur décision. Les dommages relativement élevés que M. Nuridsany et Mme Perennou devront payer à leurs adversaires sont liés "aux répercussions sur le travail et les revenus futurs" de ces derniers "puisque l'exploitation du personnage de +Waterboy+ a été stoppée" ainsi qu'au "préjudice moral du fait de la suspicion d'avoir contrefait une oeuvre", a expliqué le tribunal dans son jugement.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public