Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Les employés de la radio Afrique N°1, qui touche 20 millions d'auditeurs dans une vingtaine de pays africains, ont entamé jeudi une grève pour protester contre un plan social négocié après son rachat par Libyan Jamahiriya Broadcasting, a-t-on appris auprès de la radio. "Nous resterons en grève jusqu'à la satisfaction de nos revendications", a affirmé à l'AFP le chargé de mission du président sortant de la radio, le journaliste Albert Edou-Nkourou. En janvier, la Libye avait pris 52% des parts en recapitalisant la radio qui connaissait de graves difficultés financières depuis plusieurs années. L'Etat gabonais a conservé 35% des actions et le secteur privé gabonais 13%. Le plan social, financé par le Gabon, prévoyait de licencier les 93 employés de la radio, la Libyan Jamahiriya Broadcasting étant alors libre de réembaucher qui elle désirait. La radio compte une vingtaine de journalistes salariés et une cinquantaine de correspondants à travers le monde. Les employés de la radio demandent que les primes de licenciement soient négociées en fonction de leur rémunération annuelle et non de leur salaire de base, "comme le veut la loi", selon M. Edou-Nkourou. Sur la base de la rémunération annuelle, l'enveloppe consacrée aux licenciements s'éleverait à 6 milliards de francs CFA (90 millions d'euros) alors que le comité de privatisation ne propose que "400 millions" de FCFA", selon M. Edou-Nkourou. "Ce n'est pas acceptable", a estimé M. Edou-Nkourou. "Les récentes privatisations au Gabon montrent qu'il faut être vigilant sinon nous n'aurons que les yeux pour pleurer", a-t-il ajouté. La Libye ambitionne de refondre la radio pour créer un groupe diffusant dans toute l'Afrique sur différentes fréquences en plusieurs langues: français, anglais, arabe mais aussi bambara (langue de l'Afrique de l'Ouest) et swahili (langue de l'Afrique de l'Est). Jadis fleuron du Gabon, la radio créée en 1981 était dans une situation moribonde après la forte réduction du nombre d'heures de location de son émetteur en ondes courtes de Moyabi (sud) à Radio France Internationale (RFI) ainsi qu'à la Radio Suisse Romande (RSR) et à la radio japonaise NHK.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHR Metz Thionville
Concession de service public pour la gestion et l'exploitation du service de télévision, téléphone et multimédia aux patients pour le CHR de Metz-Thionville, le CH de Briey et le CH de Boulay.
» Voir l'avis de concession de service public