Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS

Soixante journalistes ont été tués en 2008 dans l'exercice de leur métier, un chiffre en baisse par rapport à 2007, selon le bilan annuel publié par Reporters sans frontières (RSF), qui se garde cependant de tout optimiste. Si les chiffres "ne sont pas aussi alarmants que les années précédentes", l'organisation de défense de la liberté de la presse juge cependant que "l'optimisme n'est pas de mise" et qualifie la situation de "globalement mauvaise". "Le triste spectacle d'un journaliste menotté est quotidien, ou presque, sur tous les continents. La prison est la réponse la plus fréquente des gouvernements aux remises en cause. Et les assassinats (...) ne font quasiment jamais l'objet d'un procès", déplore RSF, selon qui la répression s'est "déplacée et diversifiée". En 2008, 60 journalistes et un collaborateur des médias ont été tués, selon RSF, qui a pris en compte les cas où le lien entre la profession de la victime et sa mort était soit établi, soit "hautement probable". Ce chiffre est en net recul par rapport à 2007, où 86 journalistes et 20 collaborateurs des médias avaient trouvé la mort. L'Irak (15 tués), le Pakistan (7 tués) et les Philippines (6 tués) ont été les pays les plus meurtriers pour les journalistes en 2008. En Afrique, seuls trois journalistes ont été tués cette année, contre 12 en 2007. Mais ce recul s'explique surtout "par le renoncement de nombreux professionnels à exercer leur métier" ainsi que par "la disparition progressive des médias en zones de conflit", notamment en Somalie, selon RSF.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public