Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Les élus municipaux parisiens ont décidé de mener des "expérimentations territorialisées" à Paris sur les conditions pour abaisser le seuil d'exposition aux ondes électromagnétiques de 0,6 volt/mètre, contre un seuil actuel de 2 volts/mètre, une demande notamment des associations. Le conseil de Paris a adopté à l'unanimité un voeu de l'exécutif qui précise que la Ville prendra ces éléments en compte dans son travail de révision de la Charte de téléphonie mobile, qui la lie aux opérateurs et associations. Une nouvelle charte doit être établie, l'actuelle ayant été prolongée jusqu'à fin 2009. La première adjointe Anne Hidalgo (PS) a insisté pour "que Paris soit exemplaire en tant que ville numérique responsable". Un voeu signé par Pascal Cherki (PS) et René Dutrey (Verts) au nom du XIVème arrondissement demandait un moratoire pour toute nouvelle installation d'antenne relais dans l'arrondissement d'ici à la renégociation de la charte sur la téléphonie mobile. Il a été rejeté malgré l'apport des voix UMP. Mme Hidalgo ne s'est pas engagée sur les arrondissements qui feront partie de l'expérimentation, mais a cité les XIVème, IXème, XIIème, XVIIIème, XXème comme "très présents sur ce dossier". Elle a expliqué qu'elle n'était pas favorable à un moratoire, car la ville doit "engager le dialogue avec les opérateurs et il faut donner des signes de confiance". Selon Pascal Cherki, maire du XIVème, Paris a été une ville précurseur sur ce problème d'exposition aux ondes électromagnétiques des technologies sans fil (téléphonie mobile, wifi etc). Il a pointé "la défaillance du gouvernement" qui a "refusé de fixer des normes" dans le Grenelle des ondes. La mairie avait mis en place une "conférence parisienne ondes, santé, société" qui a recommandé mi-juin la prudence sur les antennes relais et le wifi et de tenter d'abaisser les seuils d'exposition. L'association de défense des riverains d'antennes relais Robin des Toits et un syndicat parisien, le Supap-FSU, avaient après ces recommandations demandé que Paris se porte candidate à être "ville pilote" pour l'abaissement du seuil d'exposition aux ondes, lui demandant de "passer aux actes".
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public