Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS

Les chaînes locales vont mal ou ont tiré l'écran noir. En cause : le modèle économique. Produire de l'information en images coûte cher, les recettes publicitaires sont insuffisantes et, pour certaines, les frais de passage à la TNT (télévision numérique terrestre) plombent les finances. De quoi inciter les actionnaires, souvent des groupes de presse régionale, à vendre ou se retirer. Télé Toulouse, déclarée en cessation de paiement en 2008 après vingt années d'activité, a été sauvée in extremis cet été - au prix de suppression d'emplois -, par des repreneurs locaux dont le Stade Toulousain et le Toulouse Football Club. La Chaîne Marseille (LCM) pourrait, elle, bientôt être vendue et un comité d'entreprise doit se tenir demain. A Strasbourg, Alsatic TV, rebaptisée « Alsace20 » avec le passage à la TNT, ré siste, mais TéléAlsace, elle, a fermé. Nantes 7 a dû déposer le bilan mi-août, malgré une audience croissante depuis son passage à la TNT. Le tribunal l'a placée début septembre en redressement judiciaire pour six mois. Quant à Télé Lyon Métropole, TLM, elle est en quête d'un repreneur, depuis que son actionnaire majoritaire à 60 %, le groupe de presse Le Progrès, cherche à se désengager. Optimiste, Jean-Pierre Vacher, son directeur, affirme pourtant que « la télé vision locale est un média qui a de l'avenir ».

source:20minutes
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public
 
Publicité