Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

L'UE sanctionnera-t-elle l'Iran pour le brouillage des diffusions par satellite ?

Depuis décembre 2009, l'Iran tente régulièrement de brouiller la diffusion par satellite de la BBC et d'autres chaînes en persan. Selon lefigaro.fr, les 27 États membres de l'Union européenne (UE) pourraient annoncer, dès lundi prochain, des représailles à l'encontre du régime iranien en raison des atteintes à la liberté d'expression et aux droits de l'homme en Iran.



Notre confrère s'est procuré la copie d'une lettre adressée, mardi à leurs homologues européens par les ministres français, anglais et allemand des Affaires étrangères, dans laquelle ils appellent à envisager, à l'occasion du prochain Conseil des ministres de Bruxelles, des moyens de pression contre, notamment, le brouillage par Téhéran des chaînes en langue persane émettant de l'étranger.
«L'Iran brouille régulièrement la diffusion par satellite d'un nombre de chaînes de télévision et de stations de radio, dont deux européennes, la BBC et la Deutsche Welle depuis décembre 2009», constate le texte de deux pages, également transmis à Catherine Ashton, la diplomate en chef de l'UE, actuellement en visite au Proche-Orient. «Ce brouillage, précisent les auteurs, a atteint son point culminant le 11 février 2010, lors de la journée nationale iranienne (date anniversaire de la révolution islamique, à l'occasion de laquelle les manifestations de l'opposition furent sévèrement réprimées, NDLR) et a affecté 70 radios et télévisions étrangères retransmises via un satellite appartenant à la compagnie Eutelsat.»

Comme le souligne lefigaro.fr, dans la ligne de mire des autorités de Téhéran : les programmes en persan des chaînes satellitaires étrangères, dont l'audience n'a cessé d'augmenter depuis le début de la contestation postélectorale, en juin dernier. Jugés «illicites» par le pouvoir, ces programmes constituent une source d'information alternative à la propagande du régime, qui possède l'intégralité du monopole sur l'audiovisuel iranien. D'où la volonté, selon la lettre des trois ministres, de présenter une déclaration commune, le 22 mars prochain, «condamnant l'attitude des autorités iraniennes, les appelant à cesser immédiatement le brouillage et insistant sur la détermination de l'Union européenne de définir et d'appliquer des mesures sévères» en cas de poursuite des interférences. Ainsi, l'interdiction du transfert de technologies aidant au blocage de l'Internet et des moyens de télécommunications - largement utilisés par l'opposition - fait partie des sanctions évoquées. Si elles ne sont pas citées, on pense à des compagnies comme Nokia ou encore Siemens, accusées d'avoir vendu à Téhéran des systèmes permettant aux autorités de surveiller les communications par courriel et par téléphonie portable.

«Une autre mesure de rétorsion viserait à demander à ce qu'Eutelsat bloque, en réaction au brouillage des chaînes internationales en Iran, les programmes de l'Irib (la télévision publique iranienne), dont il supervise actuellement la diffusion en Europe», précise un diplomate proche du dossier. Les chaînes iraniennes al-Alam, en langue arabe, ou encore Press TV, diffusée en anglais, seraient alors touchées précise lefigaro.fr.

Lancée le 11 février par Bernard Kouchner, «l'initiative est actuellement en cours de discussion au sein des différents groupes techniques des pays de l'UE, avec la possibilité d'une prise de décision dès lundi prochain, à Bruxelles, au Conseil des ministres», poursuit-il.

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
Actu suivante  ›
Produits relatifs
712,96 €
750,18 €
6,85 €
521,51 €
610,97 €
1.684,78 €
  
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution