Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Sacem : pas concernée par les critiques des coiffeurs alsaciens

"La Sacem n'est aucunement concernée par les critiques émises par des coiffeurs alsaciens". C'est, ce qu'affirme la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique dans un communiqué diffusé en fin de matinée.

"La Sacem s'étonne d'être directement et injustement mise en cause par certains coiffeurs alsaciens alors que les redevances de droits d'auteurs de son répertoire n'ont pas été modifiées. // La critique faite par M. Stalter, Vice-Président de l'Union nationale des salons de coiffure, vise en réalité l'augmentation de la rémunération équitable gérée par la SPRE en vertu des articles L 214-1 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. // La récente revalorisation significative des barèmes de la rémunération équitable résulte d'une décision règlementaire du 5 janvier 2010 votée par la Commission de l'article L 214-4 du Code de la Propriété Intellectuelle et publiée au Journal Officiel du 23 janvier 2010. Aucun représentant de la SACEM ne siège au sein de cette Commission, présidée par un représentant de l'Etat, Monsieur Gilles Andréani, et composée à part égale de représentants des bénéficiaires du droit à rémunération (artistes et producteurs phonographiques) et de représentants des organisations d'utilisateurs de phonogrammes dont la liste a été déterminée par voie ministérielle. // N'ayant à aucun moment été associée aux travaux de ladite Commission, ni consultée sur l'économie des nouveaux tarifs, la SACEM s'estime par conséquent totalement étrangère à cette polémique." // Cette mise au point de la SACEM, répond aux nombreux coiffeurs alsaciens qui ont organisé, hier, une grève pour le moins originale : ils ont coupé la radio dans leurs salons. Le but étant de protester contre la volonté de la Sacem - la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique - d'augmenter la redevance sur la musique. // "Si ce n'est toi, c'est donc ton frère..." pourrait en conclure les coiffeurs... Pour eux, la menace est toujours d'actualité. Jusqu'ici, ils devaient payer entre 24 et 35 euros par an pour diffuser une radio dans leur salon. Mais le prix risque de connaître une hausse de 200% voire plus... Et pour eux, c'est inacceptable. Ils réclament à minima "une limitation" des hausses envisagées, et ce même si les tarifs des droits de diffusion musicale n'ont pas augmenté depuis près de trente ans.

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution