Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

La fin d'une époque sur Astra

Le 11décembre 1988, la première fusée Ariane 4 lança son premier satellite Astra sur 19,2° Est, équipé de 16 transpondeurs capables de diffuser 16 chaînes en analogique. Dès le 5 février 1989, les premières chaînes que l'on put capter étaient principalement allemandes, anglaises,nordiques et hollandaises.

Rappelez vous : « Screensport/Sportnet, RTL plus, TV3, Eurosport, Lifestyle avec Children's Channel et JSTV sur le même canal, Sat-1, TV1000, Sky One, Teleclub, 3-Sat, Filmnet, Sky News, RTL-4 avec Channel E, Pro-7, MTV Europe, Sky Movies ». A ces 16 canaux de télévision, soit en clair, soit en crypté, s'ajoutaient des « sous-porteuses audio » supplémentaires sur les fréquences 7,38/7,56/7,74/7,92 MHz pour diffuser des radios (« Deutsche Welle, Club Music, Deutschlandfunk 1, Deutschlandfunk 2, Sky Radio, Radio 10, RTL International, Star Sat Radio, Radioropa » ). C'était le début de la réception satellite « grand-public » que nous vous avons fait vivre mois par mois dans Télé Satellite, né également à cette époque pionnière... Au fur et à mesure des années, le nombre des satellites Astra co-positionnés allait croissant pour permettre de multiplier le nombre de chaînes diffusées en analogique : à l'époque, une chaîne utilisait une fréquence ! Il fallait donc des capacités de diffusion importantes pour répondre à la demande de ce nouveau marché de la réception directe par satellite qui allait exploser...

Dans les années 90, ce fut l'avènement de la diffusion numérique qui permit de multiplier le nombre de chaînes transmises sur une même fréquence : en mars 1996, Canal+ lança son premier bouquet numérique sur Astra, CanalSat. Depuis, le cercle vertueux de l'augmentation du nombre de chaînes, puis l'arrivée de la HD et de la 3D, provoquèrent une explosion de l'offre inconnue jusqu'alors. En vingt ans, le succès de la réception numérique écrasa l'analogique qui disparut rapidement de tous les moyens de diffusion, terrestre y compris. Le 30 avril 2012, ce fut une nouvelle étape de la disparition de l'analogique sur les satellites Astra : les dernières chaînes présentes, diffusées en Pal, des chaînes allemandes publiques et privées ont cessé d'émettre, en toute discrétion, à 3 heures du matin. C'est ainsi que les 30 fréquences alors occupées par des diffusions analogiques ont pu être recyclées en numérique... Les chaînes publiques allemandes ont profité de l'occasion pour proposer dès le 1er mai des versions HD des chaînes régionales et thématiques de l'ARD et de la ZDF. De même pour les chaînes privées, dont 12 sont diffusées en HD cryptée dans le cadre du bouquet HD+, qui augmentent l'offre HD avec pour commencer SuperRTL+HD en Allemagne et trois chaînes en Autriche sur HD Austria. De plus, vous pourrez capter en clair et en HD sur Astra 19,2°Est, BR, NDR, SWR, WDR, PHOENIX, 3sat, Servus, QVC, HSE24, ZDF InfosHD, ZDF Neo HD, ZDF Kultur HD, Sonnenklar, Juwelo HD, et Kika, puis début 2014 HR, MDR, RBB Eins extra, Eins Festival et Eins Plus. Au total, une douzaine de chaînes publiques en HD en plus de celles proposées actuellement !

Avec l'extinction de l'analogique sur Astra, ce sont les dernières diffusions analogiques européennes qui ont cessé... Cette disparition marque une étape dans l'histoire de la réception satellite dont Astra fut l'un des acteurs majeurs dès la fin des années 80, une histoire que nous avons vécue ensemble, au fil des parutions mensuelles de Télé Satellite.

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
Actu suivante  ›
Produits relatifs
99,99 €
89,99 €
80,00 €
81,00 €
124,00 €
72,00 €
  
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution