Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) Dominique Baudis a appelé hier les élus et le gouvernement à transcrire dans la loi française une directive européenne permettant d'interdire les films pornographiques à la télévision. M. Baudis, qui s'exprimait sur RMC Info, a rappelé qu'il existe en France une dizaine de chaînes qui diffusent des films pornographiques. "Je crois que ces autorisations ne doivent pas être renouvelées", a-t-il déclaré. "Il ne s'agit pas d'interdire quoi que ce soit aux adultes" ni d'instaurer un "ordre moral" mais d'"une mesure de protection des enfants". "Maintenant c'est la responsabilité des politiques, des élus, du gouvernement. Ils peuvent dans les semaines qui viennent, s'ils le veulent, mettre un terme à la diffusion de films pornographiques", a-t-il dit. Interrogé sur le cas de Canal+, la seule chaîne hertzienne autorisée à diffuser des films pornographiques, il a indiqué que son "autorisation vient à échéance dans 4 ans, mais tout peut aller beaucoup plus vite si le Parlement, les députés, les sénateurs, le gouvernement, en prennent la décision". "Ce n'est pas difficile, il suffit tout simplement de transcrire quatre mots de la règle européenne, ces quatre mots que nous n'avons pas voulu jusqu'à présent inscrire dans notre loi, qui figure dans celle des Anglais des Allemands, des Belges, pas dans la nôtre, et qui disent que les Etats veillent à ce que les télévisions ne diffusent pas de films de violence gratuite, ou de scènes de pornographie", a-t-il expliqué. M. Baudis a rappelé que le CSA a pris connaissance il y a quelques mois d'un rapport "très alarmant" indiquant que de nombreux enfants de moins de 10 ans regardent des films pornographiques. "Il ne faut pas confondre les films porno et érotiques", a-t-il souligné. Entre +Emmanuelle+ et +Triple pénétration+, ce n'est pas tout à fait le même registre. Les film érotiques, si par hasard ils (les enfants) les voient, ce n'est pas tragique. Il y a certains films X qui vus par des enfants de six ou sept ans peuvent avoir des conséquences tragiques sur la formation de leur personnalité".
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public