Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Par Amine ALLAM, le

beIN SPORTS : « la fête est bientôt finie »

Le patron de BeIN Sports, Yousef Al-Obaidly a tiré la sonnette d'alarme sur la fin de « la bulle des droits tv » en annonçant que son groupe médiatique via sa chaîne BeIN Sports France aurait perdu un milliard d'euros pour prendre des parts de marché.

Al-Obaidly à indiqué lors d'une conférence de presse à Londres lors du Sport Business Summit, que « la fête est bientôt finie » et la raison serait le piratage. "La glorieuse bulle des droits des médias est sur le point d'éclater ... parce que le piratage s'est répandu aux quatre coins du monde et dans toutes les couches de la société" a déclaré Yousef Al-Obaidly, le DG de beIN Media Group, à Londres lors du Sport Business Summit, selon des propos rapportés par The Guardian. Cette prise de position intervient après la révélation cet été d'un piratage mondial depuis deux ans dont aurait été victime le groupe audiovisuel qatari par le diffuseur beoutQ. Imputé à l'Arabie Saoudite, pays avec lequel le Qatar a rompu ses relations diplomatiques et économiques en juin 2017, ce piratage lui aurait fait perdre des milliards d'euros.

Le portefeuille des droits sportifs totaux de BeIN Sports dépasserait 11 milliards d'euros, selon plusieurs médias. Et le dirigeant a prévenu qu'il serait sûrement moins généreux à l'avenir alors que se profilent notamment en France les droits de retransmission de la prochaine Ligue des Champions à partir de 2021 et toujours détenus par Altice, acquis en 2017 au prix fort de 350 millions d'euros par an entre 2018 et 2021, soit plus de 1 milliard d'euros au total.

Pour le DG de BeIn Sports, le salut ne viendra pas des GAFA — quand bien même ils font des incursions dans le sport à l'image d'Amazon en France avec Roland Garros. "Tous les détenteurs de droits qui pensent que les entreprises tech de la côte ouest américaine sont leurs sauveurs financiers seront rapidement déçus. (...) Les consommateurs, jeunes et moins jeunes, accèdent à tout pour rien — via un Kodi, un VPN ou un beoutQ — où qu'ils soient, quand ils le souhaitent, et ce comportement se normalise."

Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public