Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Par Amine ALLAM, le

France 5 : un film-documentaire qui passe mal en Algérie

Ce mardi 26 mai a été certainement la soirée pendant laquelle la chaîne France 5 a réalisé une énorme audience en Algérie avec la diffusion du film-documentaire « Algérie, mon amour », de Mustapha Kessous, mais le programme semble difficile à digérer pour beaucoup d'algériens, reprochant au documentaire de ne pas refléter fidèlement le Hirak (mouvement citoyen) depuis plus d'un an.

A peine le doc fini que le hashtag « #Ce_n_est_pas_mon_Hirak_France_5 » est lancé afin de répondre à ce que les internautes qualifient de « tentative de désinformation de la part de France 5 ».

‘'On attendait un film-documentaire qui parle du combat des algériens pendant une année, le réalisateur nous sortent des questions d'ordre sexuel'' souligne un journaliste sur son compte Facebook.

Mustapha Kessous, a montré des jeunes qui, pour la majorité d'entre eux ne semblent pas dépasser la vingtaine, voulant revendiquer leur droit à la sexualité, sous la couverture du Hirak.

Hassen Moali, Journaliste et rédacteur en chef, a qualifié le documentaire, « faussement intitulé Algérie, mon amour » de France 5, de « travail d'amateur » et « pitoyable ». Il souligne que « nos jeunes sont beaucoup plus brillants, plus nobles et plus engagés que vos petits plans à la con servis avec un zeste d'alcool et un soupçon de sexe. Décidément les clichés des médias français sur l'Algérie ont la peau dure » explique t-il sur son compte Facebook.

Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public