Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes

Essai Gigablue HD QUAD Plus

Le GIGABLUE HD QUAD Plus est plus qu'un simple terminal, il est le coeur d'un véritable système multiroom grâce à l'IP BOX.

Pourquoi QUAD : ce terminal, fonctionnant sous Linux et avec un processeur cadencé à 1,3 GHz, peut accueillir un maximum de quatre tuners. Deux tuners satellite DVB-S2 intégrés et deux emplacements pour accueillir au choix, soit des tuners hybrides, DVB-C/T/T2, soit des tuners DVB-S2. Il est muni d'une connectique très complète et possède sur sa face avant un large afficheur LCD couleur de 3 pouces, le plaçant ainsi dans le haut de gamme capable d'afficher la vidéo, chaîne TV et/ou menu, ou lecture. Sa configuration initiale n'est pas forcément facile, mais lorsque vous l'avez en main, son plaisir d'utilisation est réel. Il peut accueillir un disque dur interne E-SATA. Et il est capable d'enregistrer jusqu'à 16 chaînes HD pendant que vous en regardez une autre ! L'adjonction de la GIGA BLUE IP BOX permet la configuration multiroom. Nous vous invitons à découvrir cet ensemble.

Ce qui nous a séduits immédiatement avec ce terminal numérique c'est sa face avant : il est à notre connaissance le seul à offrir en guise d'afficheur un petit écran LCD couleur de 3 pouces. Il permet l'affichage, en mode normal, du logo de la chaîne, du titre de l'émission en cours, de la progression du programme, de l'heure et du tuner en service ; et, lorsque le terminal est en veille, une magnifique horloge à aiguilles vous donne l'heure ! Mais il est aussi capable de devenir un véritable écran TV : chaîne en cours ou PIP et les menus. Il est accompagné d'une barre verticale qui devient bleue lorsque le terminal est en marche. Et lorsqu'un enregistrement est en cours elle clignote ! A gauche, un gros bouton chromé assure la commutation marche/veille, et à droite, un volet basculant dissimule 7 boutons (menu, exit, touches directionnelles et OK), un port USB, deux lecteurs de cartes et deux connecteurs pour modules CI (mais non CI+).

Son alimentation est confiée à un bloc secteur externe (12 V – 5 A) ce qui permet de l'alimenter avec une batterie automobile ; un interrupteur général est présent sur la face arrière.

Cette face arrière est très riche en connectique. Vous trouverez tout d'abord les entrées « F » des deux tuners DVB-S2 A et B (le bouclage peut être fait en interne) et l'emplacement pour deux autres tuners (appellation QUAD !) ; notre terminal d'essai était muni de deux tuners, l'un DVB-C/T2, l'autre DVB-C/T, chacun étant muni d'une entrée et d'une sortie IEC. Vous disposez ensuite de sorties numériques, HDMI et audio optique, et de sorties analogiques RCA, composantes et vidéo composite audio stéréo. Sont encore disponibles trois ports USB, un connecteur E-SATA, un port Ethernet et, rare, une prise RS 232.

La télécommande offre des touches lisibles et aérées. Elle permet de commander trois autres appareils. Les touches directionnelles chromées sont entourées de quatre autres touches aussi chromées, INFO, MENU, AUDIO et VIDEO ; cette dernière donne un accès direct aux enregistrements. La touche « HISTORY » vous permet de revenir sur les chaînes sélectionnées quelque soit le satellite (c'est rare) et même les chaînes terrestres : c'est pratique et surtout rapide !

Les menus sont disponibles en français mais, actuellement, pas le mode d'emploi d'origine qui est exclusivement en allemand. Il est certes illustré (en allemand toujours) mais ses explications sont parfois sommaires. Nous avons du parcourir en profondeur les différents sous menus pour installer correctement ce terminal et comprendre que sa configuration initiale était destinée à une réception Astra/Hotbird avec LNB Twin laissant au terminal le choix qui lui convient, tuner A ou tuner B. Mais vous verrez qu'en mode motorisé il est tout aussi performant ; mais où cela se complique un peu c'est avec la HD IP BOX qui est aussi prévue avec une configuration Astra/hotbird ; nous avons constaté qu'il fallait qu'un des tuners reste connecté sur Astra ou Hotbird.

Comme vous le voyez le menu principal ne comporte que cinq rubriques (INFORMATIONS, PROGRAMMATION, PLUGINS, PARAMETRER et VEILLE/DEMARRAGE), mais les sous menus sont beaucoup plus riches :

Installation

L'assistant d'installation va vous guider sur 7 points. Si vous restez sur une configuration simple tout ira vite, mais si, comme nous, vous voulez piloter une antenne motorisée, il vous faudra être très attentif !

La première étape concerne le choix de la sortie vidéo et le standard vidéo PAL ou NTSC. Vient ensuite le choix de la langue puis l'affectation des tuners et les commutations DiSEqC possibles, puis le chargement de la liste des canaux préétablis ou de recherches automatiques : nous allons revenir sur ces points. La dernière étape est dédiée à la mise en réseau du terminal ; cette opération est facile grâce au DHCP :

Vous pouvez immédiatement vérifier si votre terminal est correctement connecté et inséré dans le réseau avec cet outil de test :

Configuration des tuners

A partir de « Paramétrer » du menu principal, vous sélectionnez « Tuner » :

Vous obtenez alors ce sous menu où nous choisirons « Basic Settings » (tout n'est pas traduit en français !) :

Les quatre tuners (si montés) apparaissent alors sous forme de liste :

Vous pouvez voir ici la configuration que nous avons choisi : USALS pour Tuner A, Fixe Astra pour Tuner B, Tuner C DVB-T2 activé pour la TNT et Tuner D non utilisé (Rien n'est connecté !). Pour aller plus loin il faut sélectionner l'un des tuners en surimpression ; commençons par le Tuner A :

La première ligne est la configuration : ici « Simple » signifie un seul LNB (celui de l'antenne motorisée). Mais vous pouvez choisir « Rebouclé par Tuner B (le bouclage interne), identique au Tuner B ou « Avancé » qui consistera à sélectionner un satellite.

En deuxième ligne le « Mode » est à choisir ; ici « Positionneur », mais vous pouvez aussi choisir « unique » (c'est-à-dire un seul satellite là encore à définir sur la ligne inférieure) Tone Burst A/B, DiSEqC A/B, ou encore DiSEqC A/B/C/D (il s'agit ici des entrées des commutateurs et non des Tuners).

Viennent ensuite les coordonnées latitude/longitude de votre lieu et la possibilité de commander un moteur « supplémentaire » ! Voici ce qui apparaît :

Comme le mode d'emploi ne donne absolument aucune indication nous vous laissons juge : vous pouvez lire comme nous qu'il s'agit de commander un moteur vertical et un moteur horizontal avec 99 positions mémorisables. C'est ce que les anciens positionneurs à vérin étaient capables de faire pour commander séparément azimut et élévation ; cela permettait le tracking des satellites (inclinés) dont la position évoluait. Ce temps nous semble révolu !

N'oubliez pas de mémoriser vos réglages avec la touche verte, ce qui générera le message suivant pour lequel vous pourrez répondre « OUI » !

Un petit coup d'œil sur le Tuner B que nous avons configuré uniquement sur une antenne fixe pointée sur Astra (IP BOX oblige !)

Nous terminerons par le terrestre et le Tuner C :

Comme vous le voyez il est configuré en DVB-T2, pour la France et avec l'alimentation de 5 V pour une antenne active.

Partager sur :
Marchés publics
Avis de concession de service public
GROUPE HOSPITALIER DU SUD ILE DE FRANCE
Avis de concession de service public portant sur la délégation de l'exploitation des boutiques cafétérias, distributeurs automatiques de denrées et boissons, conciergerie du Groupe Hospitalier du Sud Ile de France.
» Consulter l'avis de concession de service public