Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes

Les antennes pour recevoir la TNT

Si vous résidez dans une habitation individuelle et que vous utilisez déjà une antenne « yagi » dénommée couramment « râteau » pour la réception terrestre analogique , vous avez de fortes chances de recevoir les signaux de la TNT , à condition que les émissions TNT partent du même site d’émission que celui vers lequel est dirigé votre antenne actuelle. De plus il faut tenir compte que les signaux TNT sont émis à une puissance inférieure à la puissance des signaux analogiques.

Antenne TNT

Bandes de fréquences télévisuelles et antennes « yagi ».

Bande I : VHF : Fréquence 47 à 68 MHz. 3 canaux.En France elle est utilisée uniquement par Canal Plus. Très bonne portée, bien au-delà de l’horizon visuel mais sensible aux parasites et interférences saisonnières via la couche ionosphérique E ( 90/150 km). En Belgique et en Suisse elle est utilisée pour le premier programme du service public. (ex TSR 1 : Canal 4 La Barillette/la Dôle.) L’antenne VHF bande 1 (3 ou 4 éléments) est aussi large que longue. Le gain maximum est de 6 à 7 dB. Il existe 2 versions : monocanal ou toute la bande 1.

Bande III : VHF : Fréquence 174 à 221 Mhz. 6 canaux. En France elle est utilisée par Canal Plus et par TMC sur la côte d’azur . La portée est encore bonne et la fréquence est beaucoup moins sensibles aux parasites. En Belgique en en Suisse elle est utilisée pour le premier programme du service public (ex Canal 8 Bruxelles-Wavre). L’antenne VHF Bande III (6 éléments en moyenne) est plus longue que large. Le gain moyen vaut 9 dB. Elle existe sous 2 versions, monocanal ou toute la bande III .

Bandes IV et V ou bande UHF. Fréquence de 470 à 860 Mhz soit les canaux 21 à 69. Plus la fréquence augmente plus la propagation s’approche d’un rayon lumineux et plus elles sont directives. La portée utile est généralement à vue, ou un peu au-delà, sauf à proximité des émetteurs. Elle est possible également dans les bâtiments. En France la bande UHF est destinée aux 5 chaînes nationales et parfois à Canal Plus et désormais au réseau français de TNT. La Belgique et la Suisse utilisent l’UHF pour la TNT déjà opérationnelle. NB : la portée en bas des fréquences UHF va dans la pratique bien au-delà de l’horizon visuel ( voir courbure terrestre ) puisque la chaîne RTL en canal 21 est parfois reçue à 175 km de Luxembourg…

L’antenne UHF est formée éléments courts, comme un « râteau » ( d’où son nom !). Le gain d’antenne varie en fonction du nombre d’éléments : par exemple 11 dB sur une « yagi » comportant 22 éléments (L = 0,75 m environ) et 14 dB pour une antenne 43 éléments ( L = 1,26 m) . L’antenne UHF existe sous plusieurs groupes de canaux, 21 à 38 (ou bande IV) ou 39 à 69 ( bande V ), large bande ( 21 à 69 ) ou en monocanal , par exemple canal 21 pour RTL .

L’antenne panneau (plate) est quant à elle large bande avec un angle d’ouverture permettant de capter plusieurs émetteurs (zone frontalière ) qui sont dans des directions un peu différentes, environ 60 °.

L’antenne parabolique est uniquement employée pour les têtes de réseau câblé où le gain des antennes yagi est insuffisant. En effet une parabole de 3 m à 500 MHz produit un gain de plus de 21 dB et proche de 25 dB sur le canal 69. Les antennes VHF et UHF sont généralement placées horizontalement pour traiter la polarisation H habituelle. La polarisation V est reçue en plaçant le râteau verticalement.

Si vous êtes éloignés de l’émetteur et que le signal analogique actuel est d’une qualité médiocre, il se peut fort bien que les signaux TNT ne puissent pas être restitués, faute de gain suffisant. Rappelons que la réception numérique terrestre subit les mêmes contraintes que la réception numérique satellite : en présence d’un mauvais signal ou d’un niveau insuffisant de signal vous aurez soit une image pixélisée plus ou moins fortement, soit une absence total d’image, donc un écran noir.

Fini la « neige » ou les images multiples dûes aux échos : en numérique, soit la réception sera bonne, soit inexistante. Nous vous conseillons donc de vérifiez votre installation hertzienne : l’antenne et le câble. N’oubliez pas qu’une vieille antenne, rouillée, dépointée, mal fixée ne peut pas donner de bon résultats. Si c’est le cas, changez l’antenne, fixez là correctement, et n’hésitez pas à faire appel à un « bon » antenniste professionnel équipé d’un mesureur de champ qui pourra vous conseiller utilement sur le choix d’une nouvelle antenne.

En effet toutes les antennes râteau ne sont pas identiques : plus une antenne comporte de brins, plus le gain est important . Cela permet d’obtenir un bon niveau de signal. De plus la longueur des brins détermine la longueur d’onde des fréquences reçues VHF ou UHF : dans le cas de la TNT, compte tenu du fait que les émissions sont reparties sur l’ensemble UHF, il faut nécessairement choisir une antenne UHF à large bande couvrant l’intégralité des canaux 21 à 69, soit les bandes UHF IV ( canaux 21 à 37, fréquences 470 à 606 MHz) et UHF V ( canaux 38 à 69, fréquences 606 à 862 Mhz).

L’antenne intérieure

Théoriquement en champ fort, c’est à dire dans une zone proche de l’émetteur où le signal reçu est suffisamment puissant, il est possible d’utiliser une antenne intérieure. Contrairement à la réception analogique, qui fonctione très mal,dans tous les cas avec une antenne intérieure, notamment à cause des « échos » qui se traduisent par des images multiples qui se superposent à l’écran, la réception numérique, en raison du type de modulation employée, ne subit pas les mêmes handicaps.

Si le signal est bien reçu et que le taux d’erreur est supportable, vous obtiendrez une réception d’aussi bonne qualité qu’avec une antenne extérieure ; le seul inconvénient qu’il peut y avoir réside dans l’instabilité de la réception qui peut créer en fonction de l’entourage, des pixelisations voir des décrochages vidéo et audio intempestifs . Seule l’expérience pratique peut vous amener à choisir ce type d’antenne, la quelle à notre avis doit être réservée aux réceptions temporaires, transportables, voir mobiles, même si la correction de taux d’erreur choisie pour le codage de la modulation en 8K ne le rend pas naturellement robuste pour une réception sur les mobiles.

La norme DVB utilisant le MPEG-4-H.264, baptisée DVB-H a été mise spécifiquement au point pour la diffusion vers les récepteurs mobiles . Il existe toute une gamme d’antennes intérieures qui peuvent être utilisées avec la TNT ; de plus certains constructeurs de terminaux numériques, comme Nokia, proposent des modèles d’antennes intérieures « Spéciales TNT » qui semblent mieux adaptées à ce type de réception.

Le câble coaxial

Passage incontournable du signal capté par l’antenne yagi, le câble coaxial doit être de bonne qualité et en bon état, adapté à la gamme de fréquences reçues . En le posant évitez de l’écraser et de le casser ce qui endommagerait sa structure en provoquant notamment une rupture d’impédance. Ne faites pas d’épissures ou de raccords « sauvages » qui sont des sources d’affaiblisement.

Il existe de nombreuses qualité de câble coaxial 75 ohms, la plus courante étant le câble blanc souple 5 mm / 6 mm connu sous les références « 3C2V », « RG 6U », « 17 VATC », « 19 VATC », « 21VATC » plus spécialement destiné à l’intérieur, ou les « PATC » de couleur noir pour l’extérieur (résistants aux UV) . Attention : les références peuvent changer en fonction des fabricants !

Plus le câble est long, plus sa qualité doit être bonne afin d’éviter la dégradation de la qualité du signal : quelles que soient les références choisissez celui qui affiche les pertes les plus faibles… Notez que plus on monte en fréquence, plus les pertes sont importantes : par exemple sur 100m un câble coaxial courant comme le « 19VATC » provoque une atténuation de 14 dB à 500 MHz et de 19 dB à 850 MHz…soit 5 dB de plus ! C’est ce qui provoque des différences notables de réception entre les canaux en bas de bande UHF (à partir du 21) et les canaux en haut de la bande UHF (jusqu’au 69).

Rappelons, qu’en cas de mauvaise réception, il est inutile de mettre un amplicateur de signal, au bout du câble, juste avant le récepteur : cet amplificateur va amplifier un mauvais signal, augmenter le bruit, et vous n’obtiendrez rien de bien… Il est préférable de choisir une antenne yagi avec un meilleur gain qui augmentera la qualité du signal à la source. Si malgré tout vous devez amplifier le signal pour compenser les pertes dûes au transport sur le câble coaxial, installer l’amplificateur juste après l’antenne de manière à profiter de la meilleure qualité de signal.

La réception collective

C’est dans ce type de réception que vous risquez de rencontrer le plus de problèmes pour recevoir les signaux de la TNT . En effet dans la plupart des cas , une réception collective dans un immeuble ne peut distribuer les signaux de la TNT sans avoir été mise à niveau par un antenniste . Un antenne collective bien faite filtre les fréquences hertziennes terrestres actuelles en utilisant des réjecteurs qui isolent parfaitement les 6 canaux analogiques avant de les amplifier et de les distribuer. L’arrivée de cinq nouvelles fréquences correspondant aux 5 multiplex numériques va nécessiter une reconfiguration de la réception , de l’amplication et de la distribution. Si elle n’a pas été faite au moment où vous branchez le terminal numérique, vous avez de fortes chances de ne rien pouvoir recevoir. Cependant en fonction de la situation de l’immeuble par rapport à l’émetteur , soit vous pourrez recevoir les signaux TNT avec une antenne intérieure, soit l’installation collective, sans avoir été modifiée, les laissera passer… Chaque immeuble va constituer un cas particulier : avant de vous équiper, essayez de vous renseigner auprès du syndic ou auprès de voisins qui auront peut être eu l’idée d’utiliser un terminal numérique avant vous…

Modification des antennes de réception

Le SIMAVELEC, avec le concours des syndicats d’antennistes (SNIDA et FEDELEC) a réalisé une étude afin d’estimer le nombre d’antennes qu’il faut adapter ou changer et le coût de ces travaux pour le téléspectateur. L’étude distingue l’habitat individuel et l’habitat collectif.

  • Pour l’habitat individuel : 68 % des antennes recevraient sans problème les signaux de la TNT de l’émetteur vers lequel elles sont orientées. Pour une installation existante en bon état et d’accessibilité normale, 11 % des installations devront subir une adaptation pour un coût estimé inférieur à 150 euros, 18 % à un coût inférieur à 275 euros et 3 % (les zones frontalières notamment) à un coût inférieur à 380 euros.
  • Pour l’habitat collectif : 52 % des antennes ne devraient pas subir d’intervention. Pour les autres, le coût devrait varier en fonction du traitement utilisé et de la taille : 43 % nécessiteraient des travaux pour un montant compris entre 230 et 700 euros et 5 % des travaux d’un montant compris entre 900 et 1800 euros. Le coût moyen par foyer habitant en immeubles collectifs est estimé à 23 euros.
Partager sur :
Marchés publics
Avis de concession de service public
HÔPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG
Avis de concession de service public portant sur la prestations de communication multimédia pour les patients : téléphonie, télévision connectée, accès internet et services associés.
» Consulter l'avis de concession de service public