Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes

Essai XEOBOX HDX 8200

Le XEOBOX HDX 8200 offre deux emplacements pour deux tuners : vous pouvez ainsi opter pour une configuration satellite, terrestre ou mixte. Un tuner câble est aussi disponible.

Ce terminal HD 3D peut être équipé d’un disque dur de 2,5 pouces (non fourni) et possède trois ports USB et un port eSATA. Son port Ethernet lui ouvre tout l’univers de la connectivité vers le Net. Animé par Linux, il offre de nombreuses possibilités compte tenu des nombreuses technologies embarquées.

XEOBOX HDX 8200

Les lignes de ce terminal sont très carrées ; la face avant est divisée en trois panneaux rectangulaires. A droite un afficheur à 12 caractères délivre le nom de la chaîne et les informations des menus ; cet affichage est défilant lorsque les informations ou titres sont longs. Au centre un bouton lumineux bleu assure la fonction marche/veille, tandis que quatre boutons illuminés eux aussi vous invitent à appuyer sur une plaque rectangulaire qui fait office de boutons aux quatre angles. Et enfin à droite, un volet basculant donne accès à deux lecteurs de cartes et aux connecteurs pour deux modules PCMCI CI ou CI+ ; un port USB est aussi présent à cet endroit.

XEOBOX HDX 8200 - Face arrière

La face arrière est riche en connectique : deux prises péritel, une sortie RCA vidéo audio stéréo analogique, une sortie RCA composantes YPrPb analogique pour la HD, une prise HDMI complétée par une sortie audio numérique optique. Vous trouverez aussi deux ports USB complété par un port eSATA pour disque dur, un port Ethernet, une prise RS 232 et un interrupteur général. Sur la partie droite viennent s’insérer les deux tuners ; au choix donc, deux tuners satellite, deux tuners terrestre ou deux tuners câble ou toute combinaison entre satellite, terrestre et câble, soit 6 combinaisons possibles référencées dans le mode d’emploi.

TélécommandeLa télécommande est « longue » ; mais elle peut piloter deux autres appareils (touches TV et DVD) et comporte de nombreuses touches, larges et aérées. Le pavé dédié à l’enregistreur numérique est muni d’une large touche blanche qui se détache pour la lecture et le Time Shift. Pour accéder aux fichiers des enregistrements du disque dur une autre touche blanche est bien visible et situé juste en dessous de la touche « EPG ». Dédié à la réception multisatellite nous avons cherché en vain une touche « SAT » : elle n’existe pas et c’est la touche « FAV » qui permet aussi d’accéder à la liste des chaînes terrestre si votre terminal est équipé d’un tel tuner. Pour les passionnés, notez que ce terminal fonctionne sous Linux.

Mise en service

Notre terminal d’essai était muni d’un tuner satellite et d’un tuner terrestre assurant ainsi une fonction « combo ». Lorsque vous appuyez sur la touche « MENU » une très longue liste de sous menus apparaît, sur plusieurs bandeaux en bas de l’écran. Chacun est identifié par son icône et son nom. Le premier qui se présente à portée de la touche « OK » pour sélection est le menu général. Vous pourrez ainsi atteindre soit l’installation terrestre soit l’installation satellite. L’installation terrestre est automatique et très rapide avec classement des chaînes selon l’ordre du CSA. En satellite vous pouvez opter pour une installation fixe avec commandes DiSEqC 1.0 et 1.1 ou pour une installation motorisée avec le DiSEqC 1.2 ou l’USALS. C’est dans cette dernière configuration que nous avons testé le terminal. Il suffit alors d’aller dans le menu général et de sélectionner « Antenne » : sur la ligne « Réglage positionneur » nous avons choisi « USALS » et rentré nos coordonnées longitude/latitude. Il est simplement nécessaire de valider « USALS » pour tous les satellites que vous désirez recevoir, sinon l’antenne ne se déplacera pas. Le mode de fonctionnement est sans faille : les positions sont immédiatement trouvées et avec reproductibilité.

La mise en service, terrestre ou satellite, est très simple et rapide. L’autre connexion indispensable pour un terminal « connecté » est son raccordement au réseau : nous avons en fait juste vérifié que le terminal avait bien pris son adresse IP en allant dans le menu « Paramètres réseau » ; en sélectionnant DHCP « oui » tout se fait automatiquement et vous pouvez surfer immédiatement.

Utilisation et module CI+

La particularité intéressante de ce terminal est d’accepter les nouveaux modules CI+. Nous avons tout d’abord testé un module CANALREADY terrestre (le même que celui qui est prévu pour les téléviseurs muni d’un port CI+) ; il faut néanmoins attendre (et être patient !) le message « votre module est opérationnel » après l’avoir inséré pour pouvoir regarder les chaînes cryptées correspondantes. Une particularité original de ce terminal consiste en la redirection vers la chaîne dernièrement sélectionnée si vous sélectionnez une chaîne cryptée pour laquelle vous n’avez pas de droit, que ce soit en terrestre ou en satellite : à force c’est un peu agaçant ! Nous avons aussi testé avec succès un module CI+ pour la réception du bouquet Fransat (avec la carte correspondante) et un module Viaccess 3.0 pour la réception du bouquet BIS. Nous avons aussi reçu les chaînes suisses avec le module Viaccess et la carte adéquate.

Les modules CI+ testés avec le XEOBOX HDX 8200

Module Ci+ FransatUne des spécificités du HDX 8200 est d’accepter les modules PCMCIA « CI+ ». Nous avons pu utiliser trois de ces modules : CANALREADY pour la TNT, FRANSAT VIACCESS CI+ pour le bouquet Fransat Via Eutelsat. Nous avons aussi utilisé un module VIACCESS « Secure Dual CAM ACS 3.0 » pour la réception du bouquet BIS TV.
Partager sur :
Marchés publics
Avis de concession de service public
HÔPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG
Avis de concession de service public portant sur la prestations de communication multimédia pour les patients : téléphonie, télévision connectée, accès internet et services associés.
» Consulter l'avis de concession de service public