Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 28 Mars 2003 à 00:00

L'information sur l'Irak fait recette

Une semaine après le début de la guerre en Irak, les télévisions hertziennes françaises qui, toutes, ont modifié leurs programmes pour faire davantage de place à l'information, enregistrent des gains d'audience non négligeables, spécialement sur les journaux télévisés étoffés pour la circonstance.

Seule cependant, France 2 a touché au sacro-saint "prime time", jeudi, pour une session d'information sur la guerre, après un JT prolongé, qui a réuni 3,3 millions de téléspectateurs (17,6% de parts d'audience). Pour l'information, l'intérêt du premier jour du conflit s'est maintenu tout au long de la semaine, que ce soit sur TF1, France 2 ou France 3 qui prolongent leurs dispositifs spéciaux en fonction de la guerre.

Sur la semaine du 20 au 26 mars, TF1, par rapport à la même semaine en 2002, a enregistré une progression des JT de 13HOO (+202.520 téléspectateurs) et de 20H00 (+800.240 téléspectateurs). Le 13HOO depuis le début de la guerre a attiré en moyenne 7,2 millions de téléspectateurs (53,3% de parts d'audience) et le 20H00 9,7 millions (40% de PDA), selon des chiffres Médiamétrie cités par la chaîne. En février dernier, le 20H00 réunissait en moyenne 9,5 millions de télespectateurs.

A TF1, où un film de guerre, "Air Force One", a été déprogrammé dimanche soir, le mot d'ordre est "pas de rigidité". Etienne Mougeotte, vice-président de la chaîne, souligne que "c'est une appréciation quotidienne". "Je pilote vraiment journal après journal. Il y a une demande très forte pour voir et essayer de comprendre, ce qui implique de modifier la durée des journaux.

Mais il y a un temps pour tout, pour les drames et les difficultés, et pour le divertissement et l'évasion. La vie ne s'arrête pas, dit-il." Et "pour l'instant, il n'y a pas de conséquences publicitaires dommageables pour TF1". Par rapport à la période janvier-19 mars d'avant-guerre, le 13H00 de France 2 est passé de 17,1% à 21% de parts d'audience, attirant en moyenne 2,6 millions de téléspectateurs, soit 100.000 de plus. Pour le 20H00 la part d'audience est passée de 24 à 26,4%, avec 6,4 millions de personnes contre 5,8 millions pour la période précédente.

La tranche matinale "Télématin" a été "dopée par l'information" selon François Tron, directeur des programmes. Interrogé par l'AFP, il souligne "l'osmose entre l'information et les programmes", une cellule de coordination ayant été mise en place depuis le début du conflit. "Le téléspectateur attend une information éclairée avec beaucoup de recul et une réflexion à travers les magazines", dit-il , précisant sa volonté de "donner le maximum de souplesse à la grille pour qu'elle soit très réactive".

"On est sur une ligne d'ajustement au fur et à mesure", mais ajoute-t-il, "il faut qu'on garde notre programmation habituelle car, parallèlement, il y a une vraie demande de divertissement et de fiction". Par rapport à la période d'avant-guerre, France 3 depuis le 20 mars a surtout augmenté son audience sur le "12/14" édition nationale (12H25-12H50), gagnant en moyenne 600.000 téléspectateurs, en passant de 2,7 millions à 3,3 millions (22% de progression selon Médiamétrie).

Le Soir 3 a également progressé (environ 20%) en passant de 1,4 million de téléspectateurs à 1,54 million soit 140.000 personnes de plus. L'édition spéciale de 11H20, à l'antenne depuis le 20 mars, attire en moyenne 1 million de téléspectateurs (22,4% de parts d'audience), soit une progression de 27,3% par rapport à la case horaire.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution