Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 29 Mars 2003 à 00:00

Galileo: accord entre l'Italie et l'Allemagne

L'Italie et l'Allemagne ont conclu un accord en vue du lancement du projet européen Galileo de navigation par satellite, a annoncé la présidence du Conseil italien dans un communiqué.

Le projet Galileo, qui doit rivaliser à partir de 2008 avec le monopole américain du GPS (Global Positionning System), butait depuis plusieurs mois sur un différend germano-italien au sein de l'Agence spatiale européenne (ESA). "La présidence du Conseil des ministres et la chancellerie allemande ont abouti ce (vendredi) matin à un accord qui permettra de débloquer les procédures de lancement du projet Galileo", indique le communiqué italien.

"L'entente doit maintenant être soumise aux autres partenaires européens dans les instances multilatérales compétentes", ajoute le document. Le ministre italien des Transports Pietro Lunardi avait indiqué jeudi qu'il devait rencontrer son homologue allemand vendredi à Bruxelles et s'était montré optimiste quant aux chances de s'entendre. Le communiqué n'a donné aucun détail de l'accord.

Les négociations avaient été rompues en décembre à la suite de rivalités entre l'Allemagne et l'Italie sur leur poids respectif dans le projet décidé par les Quinze en mars 2002 après plusieurs années d'hésitation. Les enjeux sont industriels et sociaux, avec de nombreux emplois à la clé, 140.000 à 150.000 au total. L'Italie convoite le siège de la future société Galileo Industries pour la ville de Rome, où l'ESA dispose d'une importante antenne.

Techniquement, l'affaire devait se régler par la définition de la part de chaque pays dans la société de gestion. Elle avait fixée à 17,5% pour les quatre pays les plus impliqués dans le projet, Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie, par un accord de principe trouvé en décembre. Au début du programme, jusqu'à la fin 2005, le projet doit être porté par une société entièrement publique, financée à parité par le budget communautaire et par l'ESA, pour un coût de 1,1 milliard d'euros.

La société publique, constituée pour 4 ans, aura pour but de concevoir le système et de le tester, notamment en envoyant des satellites expérimentaux. A partir de début 2006, un consortium privé doit prendre le relais pour piloter le lancement des 30 satellites, puis l'exploitation du système à partir de 2008. Le coût de la mise en service de Galileo a été estimé entre 3,2 et 3,6 milliards d'euros. Le projet est jugé d'une "importance stratégique" par l'Union européenne et la Commission avait réuni 500 industriels le 18 mars à Bruxelles pour les inciter à participer.

Galileo offrira comme le GPS un service gratuit, accessible à tous. Mais, à la différence du GPS, il offrira également un autre service payant, garantissant une continuité, une précision et une fiabilité que le GPS réserve actuellement en priorité aux militaires américains.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution