Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 9 Avril 2003 à 00:00

journalistes victimes de la guerre

La presse étrangère, couvrant en direct du côté irakien les combats pour le contrôle du centre de Bagdad et épargnée depuis le début de la guerre, a déploré mardi ses premiers morts et blessés.

Un journaliste de la chaîne de télévision qatariote al-Jazira ainsi qu'un cameraman de Reuters ont été tués mardi dans des bombardements de leur bureau dans des endroits différents de Bagdad. Cinq autres journalistes ont été blessés dans ces tirs : trois de l'agence britannique, un cameraman espagnol et un autre d'al-Jazira.

Un projectile a touché l'hôtel Palestine où loge la presse étrangère, percutant le balcon du bureau de l'agence Reuters au 15ème étage, et causant également des dégâts au 14ème étage. Le commandant de la 3ème division d'infanterie, le général Buford Blount, a admis qu'un char américain avait tiré une seule fois en direction de l'hôtel, en réponse à des tirs qui ont visé le char. Les journalistes étrangers travaillent dans l'hôtel Palestine sous contrôle des autorités irakiennes, contrairement à Al-Jazira et à la chaîne d'Abou Dhabi qui disposent de leurs propres bureaux et d'une plus grande liberté de mouvement.

La chaîne Al-Jazira du Qatar a de son côté accusé l'aviation américaine d'avoir bombardé son bureau. Et le ministre irakien de l'Information Mohamed Saïd al-Sahhaf a accusé les forces américaines d'avoir mené des attaques délibérées contre la presse étrangère qu'il a qualifiées "d'actes hystériques". Mais au Qatar, le Commandement central américain (Centcom) a démenti que des forces américaines aient "visé" les locaux d'Al-Jazira à Bagdad. "Le commandement central a, à plusieurs reprises, averti les représentants des médias que Bagdad pourrait être une place dangereuse dès que la coalition engageait les combats contre le régime irakien", a rappelé un porte-parole du Centcom.

Tarek Ayoub, correspondant de la chaîne a succombé à ses blessures, après que le bureau d'Al-Jazira eut été directement touché. Un caméraman a été blessé. Le bureau de la chaîne est situé dans un bâtiment résidentiel entre l'hôtel Mansour et le ministère du Plan, dans le quartier qui connaissait mardi de violents combats pour le contrôle de symboles du pouvoir du président Saddam Hussein. Pour Al-Jazira, il ne fait pas de doute que son bureau ait été visé délibérément par un avion américain, d'autant plus que la chaîne soupçonne les militaires américains de ne pas apprécier sa couverture, jugée pro-irakienne, depuis qu'elle a montré les corps de soldats américains tués durant la guerre.

Un présentateur de la chaîne a accusé les forces américaines d'avoir "intentionnellement pris pour cible" le bureau d'Al-Jazira, rappelant que leur bureau en Afghanistan avait déjà été la cible de bombardements américains en 2001. Lundi, Al-Jazira avait accusé les forces américaines d'avoir tiré sur l'un de ses véhicules, pourtant frappé du sigle de la chaîne, à l'extérieur de Bagdad. La chaîne de télévision satellitaire d'Abou Dhabi, des Emirats arabes unis, a elle aussi annoncé que son bureau avait été touché lors d'un violent échange de tirs autour du pont de la République, sans déplorer de blessés.

L'incident est intervenu au moment où la chaîne couvrait en direct la sortie de deux chars Abrams américains du principal complexe présidentiel à Bagdad, pour se positionner sur le pont, enjambant le Tigre, tout près de ce complexe. Selon M. Sahhaf, outre les journalistes étrangers, le siège du ministère de l'Information, la radio-télévision irakienne et le ministère du Plan ont été visés par les frappes américaines. Depuis le début de la guerre le 20 mars, les journalistes des chaînes arabes présentes à Bagdad se livraient à une rude concurrence pour livrer à chaud les bombardements sur la capitale irakienne.

Ils étaient avantagés en raison de l'absence des grandes chaînes américaines, notamment CNN, dont l'équipe avait été expulsée de Bagdad au début des hostilités et leurs images ont fait et continuent de faire le tour du monde. Les journalistes couvrant la guerre du côté de l'armée américaine ou en indépendants ont eu plusieurs victimes, dont les deux derniers, un Espagnol et un Allemand, sont morts lundi dans une attaque irakienne à la roquette près de Bagdad.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution