Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 16 Avril 2003 à 00:00

CNN taisait des atrocités du régime irakien

La chaîne de télévision américaine CNN est sur la défensive, depuis que son directeur de la rédaction Eason Jordan a reconnu que pendant des années elle avait fait de la rétention d'informations sur les atrocités du régime irakien pour protéger ses sources dans le pays.

Des commentateurs conservateurs s'en sont violemment pris à la chaîne câblée, certains l'accusant d'avoir "vendu son âme pour une bonne histoire", voire pour la simple autorisation de continuer à faire fonctionner un bureau à Bagdad. Dans une contribution au New York Times la semaine dernière, M. Jordan avait raconté qu'une dizaine de déplacements annuels dans la capitale irakienne lui avaient donné l'occasion d'entendre raconter ou même d'assister à "des choses terribles" dont la chaîne n'avait pas rendu compte, de peur de mettre en danger la vie d'Irakiens, notamment de certains collaborateurs de CNN.

M. Jordan avait souligné qu'un caméraman irakien de la chaîne avait ainsi été enlevé par la police secrète et torturé pendant plusieurs semaines, y compris avec des électrochocs. "CNN était à Bagdad depuis assez longtemps pour savoir que raconter au monde la torture subie par un de ses collaborateurs conduirait presque certainement à sa mort, et mettrait très gravement en danger la vie des membres de sa famille et de ses collègues", avait écrit M. Jordan.

Il décrivait également un ancien assistant du fils de Saddam Hussein, Oudaï, dont les incisives avaient été arrachées à la pince la suite d'un désaccord, et un ancien responsable du ministre des Affaires étrangères qui avait été forcé d'écrire une lettre de félicitations au président irakien après l'exécution de son frère. "Là encore, nous ne pouvions pas diffuser ce que ces hommes nous disaient". Le Washington Post jugeait mardi, dans un éditorial, "particulièrement troublant" cet aveu de silence, surtout vu le statut de CNN dans le monde, et notamment au Proche-Orient, comme média américain par excellence.

"Si CNN n'a pas tout dit de ce qu'elle savait du régime baasiste, et si CNN a délibérément fourni une couverture fade et sans aspérité, cela aide à comprendre pourquoi le régime n'était pas perçu comme aussi brutal qu'il l'était, tant dans le monde arabe que dans le reste du monde", selon le Post. D'autres commentateurs cités dans la presse américaine ont estimé que CNN aurait pu trouver le moyen de communiquer des atrocités sans mettre en danger qui que ce soit. Dans un mémo interne à CNN cité par la presse, M. Jordan a tenu à justifier sa position auprès des collaborateurs de la chaîne.

"Retenir des informations qui auraient pu conduire à la mort d'innocents était ce qu'il fallait faire, pas un péché journalistique", a-t-il dit. "La seule chose certaine, c'est que si j'avais révélé ces histoires plus tôt, le régime serait remonté jusqu'aux gens qui me les avaient racontées et les aurait tués", ajoute-t-il dans ce mémo. Niant qu'il ait pu être accommodant avec les responsables du Baas, M. Jordan a assuré qu'aucun média au monde n'entretenait d'aussi mauvaises relations avec le régime que CNN - ce qu'il a démontré en rappelant l'expulsion à six reprises des journalistes de la chaîne, y compris pendant la guerre déclenchée le 20 mars dernier.

L'affaire a donné l'occasion à la chaîne ultraconservatrice Fox News, qui a constamment enregistré de meilleurs taux d'audience que CNN depuis le début de la guerre, de s'en donner à coeur joie pour critiquer sa consoeur. Le tabloïde New York Post, qui appartient comme Fox au magnat Rupert Murdoch, en a fait autant.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution