Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 6 Mai 2003 à 00:00

Un difficile rapprochement Astrium/Alcatel Space

La restructuration du secteur des satellites en France, via un rapprochement entre les constructeurs Astrium (EADS) et Alcatel Space, est ardemment souhaitée par le gouvernement et EADS mais se heurte aux exigences des deux groupes sur le contrôle du futur ensemble.

"Le temps n'est pas mûr pour une alliance transatlantique, une alliance spatiale avec Alcatel reste notre priorité", a redit Rainer Hertrich, co-président exécutif d'EADS, mardi lors de l'assemblée générale du groupe. Le Pdg d'Alcatel, Serge Tchuruk, avait reconnu la semaine dernière que le gouverment souhaitait encourager "un mouvement stratégique" dans le secteur spatial". "Les communications spatiales connaissent des difficultés, l'effort institutionnel en Europe est modeste par rapport aux Etats-Unis et un rapprochement pourrait être stratégique", avait-il concédé.

Les constructeurs de satellites sont confrontés à une forte baisse de leur activité. Alcatel a durci fin avril son plan de restructuration du secteur spatial et prévoit 650 suppressions d'emplois d'ici la fin 2003. Le groupe a enregistré une chute de près de 30% de son segment "communications privées" au premier trimestre, principalement due à la faiblesse du marché des satellites. Alcatel Space emploie 6.000 personnes dans le monde, dont 4.800 en France.

De son côté, EADS va supprimer 1.700 emplois au sein de sa division spatiale en 2003, en plus des 1.600 déjà annoncés en 2002. Cette division a subi un recul de 5% de ses ventes au premier trimestre. Mais en dépit de ces difficultés, le chemin semble encore long avant que les deux parties trouvent un accord permettant un rapprochement. Les rumeurs de mariage entre Astrium et Alcatel Space sont récurrentes depuis plusieurs mois.

Pour le Pdg d'Alcatel, le sujet "va être à l'ordre du jour dans les semaines et les mois qui viennent mais les discussions n'ont pas vraiement commencé". Serge Tchuruk estime qu'il s'agit d'un secteur "stratégique" pour un groupe de télécoms car il lui permet de proposer des offres complètes aux opérateurs télécoms. Le satellite permet en particulier d'offrir des accès internet haut débit en zone peu peuplées. "Nous ne voulons pas nous désinvestir de ce secteur mais il peut exister d'autres formules permettant un rapprochement", avait-il souligné.

Mais EADS estime aussi que cette activité appartient à son coeur de métier grâce aux synergies possibles entre les domaines commerciaux et militaires. Philippe Camus, co-président d'EADS, estimait récemment qu'il existait des moyens de coopération mais "pas dans n'importe quelles conditions et à n'importe quel prix". Dans ce contexte, l'Etat pourrait jouer un rôle en tant que client.

Ainsi le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) va lancer dans l'année un appel d'offres formel entre Alcatel Space et Astrium pour l'octroi du budget du programme Pleiades de satellites d'observation. Ce programme doit être "fortement réaménagé" pour aboutir à une réduction de 25% de son coût initial de 550 millions d'euros, a indiqué récemment le CNES.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution