Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 25 Juin 2003 à 00:00

Columbia endommagée par de l'isolant

La commission d'enquête sur l'accident de la navette Columbia a déterminé que la cause la plus probable de la catastrophe était la collision avec un morceau d'isolant et, selon son directeur, la Nasa pourrait reprendre ses vols dans six à neuf mois.

L'impact d'un morceau d'isolant du réservoir externe de Columbia sur son aile gauche, lors du décollage, est la "cause la plus probable" de sa désintégration au moment de sa rentrée dans l'atmosphère le 1er février, a expliqué à la presse le président de la commission, l'amiral à la retraite Harold Gehman.

Il s'agit de la déclaration la plus ferme faite jusqu'à présent quant à l'origine de l'accident dans lequel sept astronautes ont péri. Jusqu'alors, la commission parlait de l'impact de ce morceau d'isolant provenant du réservoir - qui se décroche de la navette plusieurs minutes après le lancement - comme seulement d'une cause possible, parmi d'autres.

Roger Tetrault, un membre de la commission, a expliqué que l'analyse de tonnes de débris de Columbia retrouvés du Texas à la Louisiane "tend fortement à indiquer" qu'une partie de l'aide gauche correspondant au panneau numéro huit a été percé au moment du décollage par un bout d'isolant arraché du réservoir externe.

Au moment de la rentrée dans l'atmosphère, les gaz à très haute température se sont infiltrés par cet orifice à l'intérieur de l'aile, faisant fondre la structure métallique interne composée d'acier, de cuivre et de nickel comme l'indiquent les gouttelettes de ces métaux retrouvés parmi les débris. La commission doit en principe remettre son rapport à la fin juillet.

Harold Gehman a indiqué de son côté lors de la même conférence de presse que la Nasa pourrait en principe reprendre les vols de navettes "d'ici six à neuf mois". Tout en se refusant à spéculer sur une date, l'amiral Gehman a toutefois dit "ne pas voir, en lisant le projet de rapport d'enquête, de raisons techniques insurmontables" empêchant une reprise des lancements dans un tel délai.

Il a dévoilé les quatre principales recommandations préliminaires que la commission d'enquête devrait faire à la Nasa pour permettre une reprise des vols. Il faudra d'abord, selon lui, que la Nasa "minimise ou empêche des chutes d'isolants" au décollage. Les navettes devront aussi être renforcées de manière à mieux absorber les éventuelles collisions avec des débris de toutes sortes comme des énormes boulons d'attache des fusées d'appoint qui explosent pour permettre leur séparation.

Troisièmement, la NASA devra améliorer ses capacités d'inspection des navettes après le décollage et, si nécessaire, entreprendre une mission d'urgence pour effectuer des réparations en orbite, a expliqué l'amiral Gehman. Enfin, la commission d'enquête recommandera que la Nasa améliore les chances de survie des équipages, a-t-il encore dit. Des responsables de la Nasa qui sont régulièrement informés des progrès de l'enquête avaient déjà indiqué que les travaux requis par la Commission sur les navettes devraient être terminés à temps pour une reprise des vols à la fin de cette année ou au début de 2004.

La commission d'enquête, et surtout son président, avaient durement critiqué la Nasa le mois dernier pour l'insuffisance de ses programmes de sécurité. Des documents internes de la Nasa publiés depuis montrent ainsi que le nombre de personnes chargées de la recherche sur la sécurité des programmes des navettes est passé d'un maximum de 86 en 1992 pour un budget de 45 millions de dollars à 47 cette année pour une enveloppe budgétaire de 25 millions.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution