Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 15 Juillet 2003 à 00:00

La BBC dans le collimateur

Les Premiers ministres israélien Ariel Sharon et britannique Tony Blair ont actuellement au moins "une chose" en commun, c'est d'avoir la BBC dans le collimateur, a relevé la radio-télévision publique britannique sur son site internet.

"Une chose que Messieurs Blair et Sharon auront en commun, c'est la BBC avec laquelle ils sont tous deux actuellement en conflit", a souligné le site de la BBC, en annonçant qu'un de ses correspondants se voit refuser l'accès à une rencontre entre la presse britannique et M. Sharon prévue à Londres mardi matin.

"Les Israéliens ont refusé d'inviter un correspondant de la BBC à un petit déjeuner de presse avec M. Sharon à Londres mardi en accord avec leur politique +rendant la vie difficile+ à la Corporation (BBC)", souligne le site. La colère israélienne à l'égard de la BBC trouve son origine dans la récente diffusion d'un documentaire sur le programme nucléaire israélien intitulé "l'arme secrète d'Israël".

Les autorités israéliennes avaient décidé de "couper tout lien" avec la BBC qu'elles ont accusé de "diaboliser" Israël et d'avoir diffusé des reportages "frisant l'antisémitisme", selon le directeur du bureau de presse du gouvernement, Daniel Seaman. "Aucun responsable officiel, aucun ministre, aucun parole-parole n'interviendra plus jusqu'à nouvel ordre sur la BBC, mais comme nous sommes un pays démocratique, contrairement à ce que laissent entendre les reportages de cette chaîne, nous ne refuserons pas, par exemple, l'accès des conférences de presse au bureau du Premier ministre" aux journalistes de la BBC, avait ajouté M. Seaman.

Quant à lui, le gouvernement britannique a violemment mis en cause la BBC après la diffusion en mai dernier par celle-ci d'une information, à l'origine d'une controverse sur une possible manipulation de l'opinion publique pour justifier une guerre en Irak. Londres avait affirmé que le régime de Saddam Hussein pouvait mobiliser des armes de destruction massive dans un délai de 45 minutes.

Fin mai, un journaliste de la BBC, citant un haut responsable des services secrets, avait affirmé que la mention des 45 minutes avait été mise en avant à la demande du chef de la communication du gouvernement, Alastair Campbell, alors que cette information était jugée peu crédible par les services de renseignement.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution