Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 25 Juillet 2003 à 00:00

Les "stars" de la télé-réalité dopent la presse

De Loana à Greg le millionnaire, les "stars" de la télé-réalité dopent la presse, comme en témoignent le succès du magazine Star Club (+33% en un an), la floraison de titres spécifiques et l'utilisation de ces vedettes pour lancer deux nouvelles publications non spécialisées.

Dans un paysage globalement morose, la presse ado affiche une santé insolente (+23% en 2002), mais les magazines people, masculins ou de télévision, profitent également des nouvelles idoles. Les chiffres diffusés par Diffusion contrôle sont éloquents: leader de la presse ado, Star Club (388.709 exemplaires par numéro, Edi-presse) +33,3%, Fan 2 (224.573) +25,3%, Salut +31,2% (151.520).

Depuis deux ans, la télé-réalité "a relancé un peu la presse", estime Patrick Cau, éditeur de Voici et Gala, deux locomotives de Prisma Presse, (respectivement 518.126 et 272.745 exemplaires). Il évoque avril 2001, avec le premier Loft, phénomène qui a même touché des journaux comme Télérama et Le Monde. Beaucoup sont des produits dérivés: Fan 2 d'une émission de M6, Star Academy du programme éponyme de TF1.

Ce dernier vend en moyenne à 174.608 exemplaires, mais à 250.000 pour la finale, en décembre 2002. TF1 vient de lancer, en co-production, J'M. Le bandeau "Greg le millionnaire le magazine" sert d'appel, et pourtant J'M (100.000 exemplaires) veut s'adresser aux femmes de plus de 30 ans plutôt qu'aux ados.

Hachette Filipacchi Media, premier éditeur mondial de presse magazine, teste actuellement Public (400.000 exemplaires), un "people générationnel". Qui s'affiche en couverture du numéro un? Greg le millionnaire, avec sa conquête Marika.

M6 vient de lancer un bimensuel, Hit Machine Girl, déclinaison de l'émission Hit Machine (150.000 exemplaires), destiné aux adolescentes. Et le groupe Entreprendre a lancé Star plus. "Ces produits dérivés sont un vecteur de popularité des héros", explique à l'AFP Muriel Taillandier, directrice marketing de TF1 licences. "Cela fait partie d'un éventail pas tout à fait comme les autres, car on est sur un secteur très encombré".

Patrick Cau reconnaît que Voici a réalisé son plus gros succès avec la "lofteuse" Loana en 2001 (750.000 exemplaires) et que Gala consacre environ une couverture sur quatre à ces icônes. Mais il évoque "une certaine lassitude" et un retour "aux valeurs traditionnelles comme Belmondo, Delon".

M. Cau estime que la télé-réalité a fait rajeunir son lectorat. Jean Lesieur, rédacteur en chef de Télé 7 jours (2,2 millions d'exemplaires), cite notamment Star Academy qui a permis de rajeunir l'image du "journal installé depuis 43 ans". "Sur le Loft 1, la presse télé en a moins bien profité que la presse généraliste", estime M. Lesieur. "Les ventes n'ont pas été spectaculairement différentes. Sur Star Academy, nous avons été sceptiques, mais on a tout de suite décelé le phénomène Nolwenn (Star Academy 2, ndlr) qui a nous apporté 30.000 acheteurs de plus".

Pour Luciano Bosio, patron de l'agence conseil Carat, la télé-réalité fait "vendre 500.000 à un million d'exemplaires de plus par mois tous titres confondus sur quelque 175 millions vendus par la presse magazine. Ce n'est pas mal, mais ce n'est pas une révolution". "C'est le phénomène du loto, explique Patrick Cau. Le public s'identifie avec ces héros et se dit +pourquoi pas moi?+".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution