Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 11 Août 2003 à 00:00

Les médias irakiens soutenus par les Américains en difficulté

Le réseau des médias irakiens mis en place par les Américains connaît des difficultés, son premier directeur irakien ayant démissionné au milieu d'accusations de manque de fonds et d'équipements.

Ahmed al-Rikabi, le directeur de la télé-radio de l'Autorité provisoire de la coalition, a affirmé avoir démissionné la semaine dernière de son poste, en accusant l'administration américaine de ne pas assurer suffisamment de fonds pour la télévision. "C'était comme conduire une voiture dont les roues avant ne roulent pas", a déclaré M. Rikabi, joint au téléphone à Londres.

Un porte-parole de la coalition à Bagdad a cependant affirmé que M. Rikabi n'était pas à la hauteur de sa tâche, les équipements et le système étant devenus sophistiqués. Il a insisté que M. Rikabi avait démissionné après avoir refusé d'être relégué numéro deux de la station. Celui qui fut l'adjoint de M. Rikabi, Georges Mansour, a été promu après avoir prouvé qu'il avait plus d'expérience que son collègue dans la direction de la radio-télé, a ajouté le porte-parole de la coalition sous couvert de l'anonymat.

M. Mansour, lui aussi rentré d'exil, a évité toute comparaison avec son ex-chef. Il a confirmé les plaintes de M. Rikabi selon qui les employés étaient mal payés et les équipements adéquats manquaient. Même si de nouvelles caméras sont attendues, M. Rikabi a indiqué que ce n'était pas le cas quand il a été pressenti pour diriger la télévision et la radio après la chute du régime de Saddam Hussein le 9 avril.

Selon lui, la station n'avait que cinq caméras et un nombre réduit d'équipements insuffisants pour promouvoir une nouvelle vision du pays. Il a cité comme exemple le refus de l'administration américaine d'acheter une antenne parabolique pour 500 dollars pour les besoins de la station. M. Rikabi a assuré vouloir retourner en Irak pour mettre en place un média indépendant.

Il affirme vouloir donner à l'Irak des informations de qualité. Lors de sa mise en place par les Américains, la radio-télé irakienne avait comme unique concurrente la chaîne iranienne en arabe Al-Alam, captée dans les foyers irakiens qui s'étaient vus interdire par le régime de Saddam Hussein l'utilisation des antennes paraboliques. Désormais, elle doit faire face aux poids lourds arabes comme les chaînes satellitaires Al-Jazira et Al-Arabiya, qui sont largement suivies dans le pays.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution