Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 24 Août 2003 à 00:00

Un coup sérieux au programme spatial brésilien

L'explosion au sol d'une fusée de lancement de satellites sur de la base d'Alcantara (nord-est), qui a fait vingt-et-un morts parmi les techniciens, porte un sérieux coup au programme spatial brésilien, que le gouvernement est toutefois bien décidé à poursuivre.

L'explosion a détruit la plateforme de lancement de la base, tuant tous ceux qui y travaillaient en vue d'un lancement qui devait être effectué lundi, faisant douter de la qualité des conditions opérationnelles du centre d'Alcantara. En dépit de la tragédie le président Luiz Inacio Lula da Silva a réaffirmé peu après l'accident "l'intention du Brésil de se doter d'une technologie spatiale" et annoncé "la poursuite du programme spatial brésilien".

Toutefois, selon certains spécialistes, l'accident porte un coup très dur au programme. "Le Brésil est dans une phase encore initiale de son programme spatial et cette tragédie pourra avoir un effet terrible sur le plan international", a déclaré Rogerio Largman, directeur du programme de bioastronautique et d'ingénierie de la station spatiale internationale, au journal O Globo. "Cet accident est intervenu au sol. Cela n'est pas bon pour la base ni pour le programme de manière générale, car il marquera négativement le nom d'Alcantara", a estimé M. Largman.

Le centre de lancement d'Alcantara, situé sur la côte de l'Etat du Maranhao, a été achevé en 1989. Il est idéalement situé, à la latitude 2°21 au sud de l'Equateur, ce qui lui permet de profiter au mieux de la rotation de la Terre et de réduire les coûts en combustible. Mais, jusqu'à présent, ce centre n'a connu que des échecs puisque s'y étaient déjà produites deux tentatives avortées de lancement de fusées, peu après leur lancement, en 1997 et 1999.

Selon M. Largman, "le Brésil a besoin de plus d'encouragement dans le domaine spatial. Le VLS (Véhicule lanceur de satellites accidenté vendredi) lui-même a toujours été handicapé par le manque de moyens", selon lui. En outre, parmi les 21 victimes, figurent des techniciens et des ingénieurs hautement qualifiés appartenant au Centre technique aérospatial (CTA) situé à Sao José dos Campos, une ville de l'Etat de Sao Paulo (sud-est) qui regroupe plusieurs entreprises de haute technologie.

Selon les spécialistes, ces pertes pourraient également affecter sérieusement le programme spatial brésilien. L'explosion serait probablement liée au type de combustible utilisé, un combustible solide hautement instable, selon des experts. C'est en tout cas l'opinion, "avec les réserves imposées par la distance", de Georges Fakas, ancien directeur technique du programme spatial français, cité par le journal Estado de Sao Paulo. Deux ingénieurs de l'armée ont aussi confirmé au journal que, depuis le début des années 80, le type de combustible utilisé avait été source de conflits au sein des équipes techniques.

Les fusées françaises Ariane utilisent un combustible liquide, moins agressif que le combustible solide utilisé par les Brésiliens. Le président de l'Association brésilienne des entreprises de télécommunication (Abrasat), Luis Otavio Prates, a estimé pour sa part que les compagnies d'assurance pourraient créer des difficultés à la base pour les prochains lancements. L'accident est intervenu alors que le président de l'Agence spatiale brésilienne (AEB) Luiz Bevilacqua annonçait la signature d'un accord avec l'Ukraine sur l'utilisation de la base d'Alcantara pour le lancement de satellites à partir de fusées ukrainiennes.

Le directeur de l'agence spatiale ukrainienne, Valeriy Komarov, a assuré que l'accident ne remettrait pas en cause l'accord bilatéral. "La création de systèmes plus complexes entraînera toujours de grands risques et, malheureusement, il y aura des accidents. Mais cela ne doit pas influencer les relations entre le Brésil et l'Ukraine et je pense que ce n'est pas un motif pour annuler le programme", a dit Komarov.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution