Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 8 Septembre 2003 à 00:00

A Bagdad on s'adonne aux joies de l'internet

Les cafés internet fleurissent en Irak, permettant à la population de se relier au monde, que ce soit pour y suivre les événements au Moyen-Orient, les dernières tendances de la mode à Paris, s'informer sur les universités aux Etats-Unis ou consulter des pages plus coquines.

"Sous Saddam Hussein, se connecter à internet était compliqué, cher et lent et, la plupart du temps, la réponse que l'on recevait était : +Accès à la page refusé+ à cause du contrôle et des restrictions imposés par le régime", raconte Ali Youssef, co-propriétaire d'un des nombreux cybercafés nouvellement ouverts dans la capitale.

Avant l'offensive américano-britannique qui a fait tomber le régime de Saddam Hussein, il y avait 57 cybercafés à Bagdad, tous publics. Aujourd'hui, personne ne connaît exactement leur nombre, car tous sont désormais aux mains du secteur privé. Outre les cafés internet, les habitants de Bagdad ont deux autres solutions pour pouvoir se connecter à internet, mais ni l'une ni l'autre ne sont très pratiques.

En se rendant au ministère de l'Information, ils peuvent soit se connecter gratuitement s'ils viennent entre 04h00 et 06h00 du matin, soit payer 28 dollars pour avoir accès à la "toile" pendant 50 heures, mais à condition de venir "surfer" entre minuit et 06h00 du matin...

M. Youssef, 28 ans, a ouvert sa boutique en juillet sans en avoir demandé l'autorisation à la puissance américaine occupante, ni aux services du Conseil de gouvernement transitoire irakien. Ce jour-là, ses dix ordinateurs sont tous occupés et plusieurs clients attendent leur tour pour se connecter, moyennant 2.000 dinars (un peu plus d'un dollar) pour une heure de connexion. "Beaucoup de gens veulent envoyer des e-mails à leur famille", dit M. Youssef, qui gère son café internet avec un ami, après avoir emprunté 12.500 dollars pour pouvoir l'ouvrir.

Devant l'un des écrans, deux Irakiennes de 21 ans, connectées à un forum de discussion avec de jeunes Arabes, sont en train de lire une analyse sur la situation en Israël et dans les territoires palestiniens. Naamet explique avec enthousiasme : "On visite des sites sur la mode européenne, on lit les journaux, on apprend des recettes de cuisine, on s'informe sur les universités dans d'autres pays et on discute avec des gens des quatre coins du monde". De son côté, une autre Irakienne est en train d'envoyer un courriel à sa soeur en Libye.

Non loin, deux jeunes ferment tout à coup le site qu'ils consultaient après avoir été surpris en pleine quête de la "fille idéale". Les sites les plus fréquentés sont ceux qui proposent un service de messagerie gratuite, tels que Hotmail et Yahoo, mais aussi des moteurs de recherche comme Google, des sites pornographiques ou ceux de médias arabes, comme la télévision satellitaire Al-Jazira. Bachar, 18 ans, dit "beaucoup aimer discuter en ligne". "Mais quand je dis aux gens que je suis Irakien et que je suis en train d'écrire de Bagdad, certains ne veulent pas me croire et d'autres, pour la plupart des Américains, se déconnectent.

Ils ne veulent pas discuter avec moi", regrette-t-il. Ancien correspondant local de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, Omar Fadhil dit n'avoir pas hésité une seconde à abandonner son ancien métier pour ouvrir son cybercafé rue Al-Roubaï. Il y en a sept autres dans le quartier et tous sont bondés. "J'ai compris que je pouvais me faire pas mal d'argent dans un domaine qui, jusqu'ici, était interdit", dit-il, "j'ai investi 15.000 dollars et les affaires marchent très bien aujourd'hui". De son côté, Samir, professeur de traduction à l'Université de Bagdad, se félicite de l'ouverture sur le monde que va permettre l'internet pour la population irakienne, longtemps isolée du monde extérieur par le régime de fer de Saddam Hussein.

"J'ai 40 ans et la première fois que j'ai pu accéder à un site comme Yahoo, c'était il y a trois mois. C'est quelque chose que les jeunes Européens font tous les jours", fait-il remarquer.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution