Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 17 Septembre 2003 à 00:00

le Sénat inflige un revers à George W. Bush sur les médias

Le Sénat à majorité républicaine a rejeté mardi, dans une rare alliance avec l'opposition démocrate, de nouvelles règles permettant une plus grande concentration des médias, infligeant un camouflet au président George W Bush.

Le vote de la chambre haute, à 55 voix contre 40, vise à annuler une réforme adoptée début juin par la Commission fédérale des communications (Federal Communications Commission) qui assouplit des restrictions imposées aux groupes de presse pour élargir leur emprise sur des médias au nom de la rentabilité commerciale.

La FCC avait adopté à une majorité de trois de ses cinq administrateurs --trois républicains et deux démocrates-- une réforme permettant à un seul groupe de contrôler jusqu'à 45% de l'audience télévisée nationale --contre 35% actuellement--, et de faire tomber des barrières qui empêchent jusqu'à présent des chaînes de télévision, des stations de radio et des journaux couvrant les mêmes marchés urbains de tomber sous la coupe d'un seul conglomérat.

La résolution votée par le Sénat a été présentée par les sénateurs Byron Dorgan, un démocrate du Dakota du Nord et Trent Lott, un républicain conservateur du Mississippi (sud). "Le Sénat a dit aujourd'hui que l'intérêt du public est beaucoup plus important que celui des intérêts particuliers", a déclaré Tom Daschle, le chef de la minorité démocrate du Sénat.

Le 24 juillet, la Chambre des représentants avait déjà voté à une majorité écrasante (400 voix contre 21) un texte annulant les nouvelles règles édictées par la FCC. Même si le chef de la majorité républicaine à la Chambre, Tom Delay et d'autres responsables républicains s'alignent ouvertement sur la position de la Maison Blanche, de nombreux autres républicains de la Chambre se sont aussi déclarés hostiles aux nouvelles régles de la FCC qui pourrait les priver d'une couverture médiatique régionale essentielle pour se faire réélire.

Une cour d'appel fédérale de Pennsylvanie a en outre ordonné le 3 septembre la suspension des nouvelles règles en matière de concentration des médias qui devait entrer en vigueur au début de ce mois. Le président Bush a promis de mettre son veto si le Congrès lui transmettait la résolution votée par le Sénat. "Nous pensons que les règles proposées par la FCC reflètent de façon plus réaliste le changement du paysage médiatique et le contrôle actuel du réseaux des stations de télévision tout en évitant une concentration sur le marché financier", a fait valoir mardi après le vote, Scott McClellan, le porte parole de la Maison Blanche lors de son point de presse quotidien.

Il a aussi souligné que le Sénat n'aurait pas suffisamment de votes pour passer outre à un veto présidentiel qui requiert les deux tiers du Sénat ou 67 voix si tous les sénateurs sont présents. Des sénateurs favorables au texte de la FCC faisaient remarquer mardi que de nombreux sénateurs également favorables au texte étaient absents au moment du vote mardi. Les grands groupes de média expliquent que cette réforme est nécessaire dans un secteur souvent régi par des réglementations datant de plus d'un demi-siècle et qui les empêchent de se développer et d'être compétitifs dans un marché fragmenté et bouleversé par la télévision cablée et satellitaire ainsi que par l'internet.

La réforme adoptée par la FCC et défendue par la Maison Blanche a soulevé une vague généralisée de protestations tant dans les groupes conservateurs que progressistes au nom du pluralisme. On y trouve ainsi côte à côte, la puissante organisation des propriétaires d'armes à feu (NRA), le groupement national des femmes (NOW), le syndicat des journalistes (NWG) et la conférence épiscopale catholique des Etats-Unis.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution