Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 19 Septembre 2003 à 00:00

Le Vietnam veut lancer son premier satellite

Le Vietnam est engagé dans une lutte contre la montre pour lancer dans l'espace avant début 2006 son premier satellite de télécommunications, dont le constructeur étranger pourrait être désigné avant la fin de l'année.

Initié en 1995, le projet n'a été approuvé par le gouvernement qu'en 2002. Mais la rapidité des progrès du dossier, dans un pays où les projets de cette ampleur sont soumis à de multiples signatures, montre que le temps presse. "Les Vietnamiens travaillent jour et nuit. S'ils n'ont pas lancé leur satellite en février 2006, ils perdent leurs droits", explique un expert étranger.

Confrontée à des lancements de plus en plus nombreux dans l'espace, l'International Telecommunication Union (ITU), basée à Genève, demande aux opérateurs qui réservent un espace orbital de l'utiliser dans un délai préalablement défini. "Si un pays annonce qu'il lancera un satellite sur une position donnée, et qu'il ne l'a pas fait au delà de cette limite, l'espace redevient libre", explique Gary Fowlie, porte-parole de l'ITU.

Une règlementation liée aux besoins de coordination des fréquences et destinée à éviter qu'un satellite ne provoque "des interférences dommageables pour d'autres services". Hanoi devra donc faire vite. Vinasat doit servir les transmissions des télévisions et des radios, ainsi que l'aviation civile. Il est aussi censé améliorer la couverture des communications des régions isolées du pays. "Nous avons de nombreux problèmes techniques et administratifs à régler, en particulier les fréquences, le financement, l'évaluation des intérêts économiques, la coordination des services concernés", a indiqué à l'AFP un responsable vietnamien du comité en charge du projet, sous couvert de l'anonymat.

"C'est un sujet sensible", ajoute-t-il. "Mais je pense que ce délai peut être respecté si nous intensifions nos efforts". Le Vietnam a demandé un satellite clé en main. L'entreprise d'Etat russe NPOPM, le consortium franco-européen Astrium (EADS)-Alcatel Espace, l'Américain Lockheed-Martin, et le consortium américano-japonais Nec-Toshiba-Orbital Science Corporation (OSC) se sont succédé entre le 6 et le 9 septembre devant une comission ad hoc.

Les entreprises ont en principe rendu depuis une offre révisée et un rapport sera déposé sur le bureau du premier ministre dans les prochaines semaines. "L'entreprise choisie devra tout réaliser, la fabrication du satellite et son lancement, ainsi que la gestion en orbite", expliquait en août dans le quotidien Lao Dong Robert F.Young, le directeur général de Lockheed Martin en Asie-Pacifique. "Un satellite est un outil de souveraineté. Un opérateur veut toujours être autonome. Mais le contrat comprendra certainement une assistance technique de plusieurs mois au moins", ajoute l'expert étranger. Les ambitions du Vietnam sont modestes : Vinasat sera de taille moyenne, avec entre 20 et 28 modules de communications diffusant chacun quatre à six chaines de télévision. Sa durée de vie n'excèdera pas quinze ans.

Il devrait couvrir le Vietnam et d'autres nations asiatiques, en particulier le Japon et la péninsule coréenne. Les prétendants ont inclus dans leur dossier un projet de financement. Selon l'expert étranger, le budget devrait dépasser les 200 millions de dollars. "Nous choisirons l'entreprise qui répondra à notre demande et le prix sera négocié ensuite", a indiqué le Dr. Luu Van Luong, consultant pour la Vietnam Post and Telecommunication (VNPT).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution