Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 27 Septembre 2003 à 00:00

Lancement de la 1ère sonde lunaire européenne à bord d'une Ariane

La première sonde lunaire européenne SMART-1 et deux satellites géostationnaires de télécommunications, l'un indien, l'autre européen, doivent être lancés dans la nuit de samedi à dimanche par une Ariane-5 depuis la base de Kourou, en Guyane française.

Le 162ème décollage de la fusée européenne est prévu "le plus tôt possible", samedi, entre 20h02 et 20h21 (entre 23h02 et 23h21 TU) ou 01h02 et 01h21 heure de Paris, dimanche. Ce vol, initialement prévu le 28 août, a été reporté à deux reprises pour permettre à l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) d'effectuer des vérifications complémentaires sur son satellite, INSAT-3E, qui doit être mis sur orbite en compagnie du satellite e-BIRD, de l'opérateur européen Eutelsat.

Outre ces deux charges utiles principales, la fusée emportera, comme "passager auxiliaire", la première sonde lunaire de l'Agence spatiale européenne (ESA), SMART-1. Une fois larguée dans l'espace, SMART-1 décrira une orbite en spirale de plus en plus ample, qui la rapprochera au fil des mois de sa cible. A terme, la sonde doit être capturée par le champ gravitationnel de la Lune et se mettre en orbite de notre satellite naturel.

Depuis cette orbite, elle effectuera, à partir de décembre 2004, des observations de l'ensemble de l'astre. Après une première sonde envoyée vers Mars en juin dernier au départ de Baikonour au Kazaksthan, l'Europe va donc concrétiser un autre projet d'exploration interplanétaire avec SMART-1, dont les objectifs sont technologiques autant que scientifiques.

Première d'une série de petites missions de recherche sur des technologies de pointe (Small Missions for Advanced Research in Technology, ou SMART), la mission testera plusieurs techniques et instruments nouveaux indispensables aux futures missions interplanétaires, notamment un système principal de propulsion hélio-électrique, selon Giuseppe Racca, directeur de la mission. Elle permettra aussi "d'élucider certaines énigmes scientifiques, se penchant sur des questions aussi fondamentales que la formation de la Lune et sa composition minéralogique précise, ou le fait de savoir si elle abrite de l'eau et en quelles quantités".

Ces données permettront aux chercheurs de mieux comprendre le système Terre-Lune et les planètes de type terrestre, et fourniront de précieuses informations pour les projets visant une présence humaine de longue durée sur la Lune. La nouveauté de SMART-1, dont le partenaire principal est la Swedish Space Corporation, est qu'elle "associe la propulsion hélio-électrique, utilisée pour la première fois par les Européens en tant que système principal de propulsion, à la force d'attraction lunaire", fait valoir M. Racca.

SMART-1 ne se posera pas sur le sol lunaire. Elle effectuera des observations depuis son orbite, d'où elle bénéficiera d'une vue d'ensemble. Une fois sur orbite lunaire, en décembre 2004, elle réalisera des mesures pendant 6 mois, voire un an.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution