Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 6 Octobre 2003 à 00:00

Stéphane Bern: "Je déteste ce qu'est devenu la télé"

Le journaliste Stéphane Bern, animateur d'une émission quotidienne sur Canal Plus depuis la rentrée, n'en prend pas moins ses distances avec une télévision envahie, selon lui, par "la logique marchande" et le mépris des téléspectateurs.

"C'est parce que j'aime les gens que je déteste ce qu'est devenue la télé, ce système où celui qui regarde n'est qu'une cible", a-t-il confié samedi à l'AFP, en marge du lancement à La Baule de son dernier livre, consacré à la princesse Diane de France. Stéphane Bern, 39 ans, mène une triple carrière à la rédaction du Figaro-Madame, au micro de France-Inter ("Le Fou du roi") et, désormais, devant les caméras de la chaîne cryptée, sur laquelle il présente chaque soir et en clair "20h10 pétantes".

L'émission, "acceptée par défi", lui permet de se sentir "moins en décalage entre une image lisse et ce [qu'il est] vraiment, sans se renier". Car l'animateur franco-luxembourgeois affirme sa distance avec le milieu télévisuel. Bern stigmatise "tous ces animateurs interchangeables, qui lancent des "émissions de société". Qu'en savent-ils, de la société ? Ils prennent un air de compassion pour exposer de pauvres gens, qui croient trouver une aide et sont raillés dès le lendemain dans leur entourage."

Stéphane Bern dit s'être refusé, par dédain de "la logique marchande qui décide de tout", à créer une société de production. En restant "simple employé, avec un salaire de cadre supérieur" chez Canal Plus, il affirme ne pas se sentir lié par l'enjeu économique de "20h10 pétantes", une émission cruciale pour l'audience de la chaîne. "Je m'amuse avec Ariel Wizman et les chroniqueurs, je travaille de mon mieux par respect des téléspectateurs, et André Rousselet (le fondateur de la chaîne, ndlr) m'a dit que j'avais retrouvé +l'esprit Canal+, l'irrévérence. Le reste, je m'en fous", conclut-il: "De toutes façons, plus le temps passe, et moins j'ai l'échine souple".

Bern revendique "la liberté et l'éclectisme d'un style hors des modes", et cela réussit pour l'instant à sa carrière. S'il est heureux d'avoir, avec les années, "changé son image de type coincé", il pense déjà, assure-t-il, à "la vie après la télé", car "être connu n'est pas un but dans la vie". Déjà auteur de dix ouvrages, il s'imagine plutôt "écrire le plus de livres possible".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution