Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 19 Octobre 2003 à 00:00

Action-éclair des intermittents sur Star Academy

Les intermittents du spectacle, qui protestent contre la réforme de leur régime d'indemnisation du chômage, ont mené une action-éclair samedi soir en direct sur le plateau de TF1 obligeant la chaine de suspendre la diffusion de Star Academy, une de ses émissions les plus populaires.

"Star-Ac" -enregistrée en direct dans des studios de la Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris- avait commencé depuis quelques minutes lorsque une cinquantaine d'intermittents ont fait irruption sur le plateau. Ceux-ci se sont dirigés vers l'animateur Nikos Aliagas qui a laissé l'un d'entre eux prendre la parole pour exprimer leurs doléances. Après la prise de parole, l'animateur a introduit une page de publicité.

Le vice-président de la chaîne, Etienne Mougeotte, a alors pris la décision d'interrompre l'émission et de lui substituer un épisode de la série policière "Julie Lescaut". Hors antenne, les intermittents ont voulu continuer à s'exprimer. Les vigiles de la chaine sont alors intervenus pour les faire évacuer. "J'ai pris la décision d'arrêter Star Academy parce qu'il y eu violences et voies de faits", a indiqué à l'AFP M. Mougeotte qui a précisé qu'il a déposé plainte pour ces motifs contre les intermittents.

La police a interpellé trois manifestants, a annoncé de son coté la préfécture de Seine-Saint-Denis. Les trois manifestants ont été interpellés pour "violences, effraction et troubles à l'ordre public, sur ordre express du préfet", a ajouté la préfecture. Lors de l'intrusion des intermittents, "il y a eu des échauffourées. Deux personnes ont dû être hospitalisées, une hôtesse de TF1 qui a le bras cassé, ainsi qu'un manifestant.

Certains ont quelques écorchures", a-t-elle encore indiqué. "Je suis prêt à discuter mais jamais je n'accepterai de travailler sous la violence", a affirmé Etienne Mougeotte en rappelant que sur la même chaine, en juillet dernier, à Nice, un temps de parole avait été accordé aux intermittents pendant la diffusion -également en direct- de l'émission de téléréalité "Nice People". Après la diffusion du feuilleton de substitution, l'émission a pu reprendre, vers 23H, en présence de son invité Jacques Dutronc.

L'intrusion des intermittents samedi soir a été l'élément le plus spectaculaire de la semaine d'actions organisée du 13 au 18 octobre par les intermittents du spectacle. Jeudi, une manifestation -à l'appel de la CGT, syndicat majoritaire dans ce secteur d'activité- a rassemblé entre 2.500 et 3.000 personnes dans les rues de Paris. Au même moment, quelques manifestations et interventions -plus modestes- se sont déroulées dans une demi douzaine de villes en régions. Le même jour, l'émission de Laurent Ruquier "On a tout essayé" sur France 2 a également été momentanément interrompue.

Les intermittents du spectacle protestent contre la refonte de leur régime spécifique d'indemnisation du chômage qui entrera progressivement en fonction à partir du 1er janvier 2004. Ils manifestent depuis plusieurs mois. Le mouvement a notamment provoqué l'annulation de plusieurs festivals cet été (Avignon, Aix-en Provence, Francofolies de la Rochelle). Cette semaine, les manifestants -regroupés notamment au sein de coordinations- appelaient à une "semaine de la culture morte morte pour le spectacle vivant".

Pendant la même période, ils appelaient les téléspectateurs à boycotter télévision et cinéma dans le cadre d'une opération "écran noir".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution