Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 2 Décembre 2003 à 00:00

La "loi Gasparri" sur la réforme du paysage audiovisuel italien

La réforme de l'audiovisuel adoptée hier mardi par le Parlement italien se propose de préparer le pays au passage à la télévision numérique terrestre.

Le numérique terrestre devrait démultiplier l'offre télévisuelle, permettant de disposer à terme de juqu'à 140 chaînes transmises par voie hertzienne, selon Maurizio Gasparri, ministre des Communications et auteur du projet de loi. La réforme ouvre aussi la voie à la privatisation partielle de l'audiovisuel public italien, la RAI.

L'opposition dénonce le texte comme faisant la part belle à Mediaset, l'empire médiatique du chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, qui comprend, entre autres, trois chaînes nationales, Italia 1, Canale 5 et Rete 4. Les adversaires de M. Berlusconi critiquent en particulier trois articles. Le premier met fin à la limitation à deux au maximum du nombre de chaînes nationales hertziennes pouvant être détenues par un même propriétaire.

Cette disposition permet à Medisaset de conserver ses trois chaînes, alors que la Cour constitutionnelle avait imposé à Rete 4 de rétrocéder son réseau hertzien et de passer sur le satellite à la fin de l'année au nom du respect de la concurrence. Le deuxième point litigieux touche au pluralisme des médias et porte sur l'élargissement prévu de l'assiette de calcul du seuil anti-concentration. Un même propriétaire ne pourra pas détenir plus de 20% des recettes du marché publicitaire.

Toutefois, la réforme propose d'étendre le calcul des recettes non seulement aux spots télévisés, mais aussi à l'édition, au cinéma, à la presse et aux cabinets de relations publiques, ce qui rend le contrôle plus difficile et favorise le groupe de M. Berlusconi, selon ses détracteurs. Le plafond des 20% passe à 10% pour le groupe Telecom Italia, propriétaire de deux modestes chaînes nationales, La 7 et MTV Italia, mais qui dispose d'un poids financier largement supérieur aux autres acteurs du secteur et pourrait éventuellement, dans l'esprit du législateur, fausser la concurrence.

Le troisième article prévoit l'abandon de l'interdiction des participations croisées et permet aux propriétaires de télévisions de d'acquérir des journaux et vice-versa. Cette disposition n'entrerait cependant en vigueur qu'à partir de 2009 pour permettre à la presse écrite de mieux se préparer.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution