Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 11 Décembre 2003 à 00:00

La diplomatie éclipse le Sommet de l'information

La deuxième journée du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), qui rassemble à Genève une quarantaine de dirigeants mondiaux, a été éclipsée par des discussions diplomatiques éloignées de la question de l'internet, comme les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Les chefs de délégation des 175 pays participants ont continué à défendre devant une assistance clairsemée la nécessité de réduire la "fracture numérique" entre pays riches et pauvres. En marge des séances plénières, les dirigeants participant aux trois jours de travaux ont profité de leur présence à Genève pour organiser des rencontres bilatérales. Les présidents arménien Robert Kotcharian et azerbaïdjanais Ilham Aliev, qui ne s'étaient pas rencontrés depuis plus d'un an, se sont entretenus pendant une heure et demie de la question du Nagorny Karabakh, qui oppose les deux pays depuis 1988.

Les deux présidents sont "disposés à poursuivre le dialogue" pour tenter de relancer un règlement de ce conflit, a déclaré M. Aliev à l'issue de cette entrevue. Au Palais des expositions de Genève (Palexpo), quelque 13.000 délégués participent au Sommet. Celui-ci rassemble des hauts fonctionnaires ainsi que des hommes d'affaires du monde entier dans les stands d'un vaste salon consacré à des sujets aussi variés que la santé ou l'éducation via l'internet. "Les technologies de l'information et de la communication (TIC) sont un outil de développement et le monde politique a la responsabilité de l'utiliser", a déclaré le Commissaire européen Erkki Liikanen.

Mais la directrice de l'Unicef (Fonds des Nations Unies pour l'enfance), Carol Bellamy, a rappelé que 120 millions d'enfants, principalement des filles, ne savent pas ce qu'est une salle de classe et que l'accès aux nouvelles technologies reste pour eux très hypothétique. Le monde "n'est pas moderne pour tous les enfants de la planète", a déploré Mme Bellamy, appelant à redoubler d'efforts en faveur de l'alphabétisation dans les pays pauvres. Les participants doivent adopter officiellement vendredi soir une déclaration de principes et un plan d'action qui vise à favoriser l'accès des pays en développement aux nouvelles technologies comme l'internet ou la téléphonie mobile.

L'Afrique a obtenu la création d'un Fonds de solidarité numérique, mais les pays du Nord ont jusqu'à fin 2004 pour s'engager à y contribuer financièrement. Les Etats-Unis ont annoncé mercredi le déblocage de 400 millions de dollars pour le développement des nouvelles technologies dans les pays pauvres, mais sans préciser si cela se fera ou non par l'intermédiaire du Fonds. "J'ai le sentiment que beaucoup de pays privilégient le bilatéral", a reconnu le ministre sénégalais de la Communication, Mamadou Diop Decroix. "Quand on veut aider l'Afrique, il faut encourager les initiatives unitaires et non pas diviser".

La ville de Genève s'est proposée pour accueillir le Fonds, dont le secrétariat est actuellement assuré par le Sénégal. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a par ailleurs annoncé le lancement d'un programme d'éducation à la santé par internet dans le monde, l'Académie de la santé, en partenariat avec l'entreprise informatique américaine Cisco.

Sur l'année universitaire 2003-2004, une quarantaine d'écoles en Jordanie et en Egypte servent de projets pilotes à ce programme, qui vise à rendre accessible le savoir médical nécessaire à la prévention et à la guérison de certaines maladies.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution