Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 18 Décembre 2003 à 00:00

Le CSA donne le coup d'envoi de la TNT

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel donnera officiellement vendredi le coup d'envoi du déploiement de la télévision numérique terrestre en France, un projet en chantier depuis 1986.

Après l'annonce faite vendredi, les différents opérateurs intéressés, publics ou privés, disposeront d'un délai d'un an pour commencer à émettre en numérique. Par la simple adjonction d'un décodeur à 150 euros, les téléspectateurs français seront alors en mesure d'accéder à 22 nouveaux canaux nationaux, soit 33 chaînes, puisque le numérique permet de faire passer cinq ou six chaînes par canal.

Si le CSA s'est engagé à annoncer vendredi "le plan de développement et de mise en oeuvre" de la diffusion en numérique, la date exacte de lancement des chaînes numériques ne sera annoncée que six mois à l'avance. En tout état de cause, les émissions en numérique devraient commencer fin 2004 avec l'objectif de se déployer peu à peu sur l'ensemble du territoire français. Selon les indications données par le CSA, la TNT couvrira 35% de la population lors de son lancement sur 17 sites situés dans treize villes. En mars 2005, la couverture passera à 40% de la population, puis à 60% à la fin 2005, pour atteindre 80% fin 2007.

Comparé à la technique analogique, le numérique offre une meilleure qualité d'image et de son, une simplicité de réception et d'utilisation et un élargissement de l'offre, notamment gratuite. Selon Dominique Baudis, président du CSA, "la TNT se généralise en Europe" et "la volonté de la France de s'inscrire dans ce mouvement européen est plus que légitime". Mais, avant le démarrage, le CSA devra résoudre la délicate question de la répartition des 22 canaux nationaux consacrés à cette nouvelle technique entre les différentes chaînes candidates.

Le problème est en partie simplifié par la décision du gouvernement, annoncée mercredi, de renoncer à deux des trois canaux qu'il avait préemptés. "Nous considérons que le nombre de chaînes en clair, de chaînes gratuites, est un élément déterminant dans le succès de la télévision numérique", a indiqué par ailleurs Dominique Baudis. Cependant, le CSA n'a pas jugé possible d'attribuer les 22 nouveaux canaux nationaux uniquement à des chaînes gratuites. Cela aurait exigé, selon le Conseil, qu'"un volume important de recettes publicitaires télévisuelles se réoriente rapidement au profit de la TNT".

Le bouquet gratuit de la TNT sera donc composé d'une quinzaine de chaînes, dont six chaînes privés récemment sélectionnées par le CSA. En ce qui concerne les deux canaux (consacrés à des chaînes gratuites) qui sont remis en jeu par la levée de la préemption gouvernementale, le CSA n'a pas voulu s'avancer. Yvon Le Bars, l'un des membres du Conseil, a indiqué qu'ils "allaient réunir les éditeurs publics concernés pour voir leurs aptitudes et leurs souhaits concernant le regroupement proposé dans la lettre (du gouvernement) et (qu'ils allaient) délibérer au début de l'année pour un nouvel appel à candidature pour des chaînes nationales".

En ce qui concerne la question des canaux de la TNT réservés à la télévision commerciale, qui apparaissait souvent comme une impasse faute de volontaires, elle est, selon M. Baudis, "en train de se résoudre". A cet égard, le président du CSA a cité "une entreprise connue sur le secteur", dont il n'a pas voulu donner le nom. Pour sa part, la chaîne cryptée Canal+ avait confirmé au Conseil qu'elle serait présente sur la TNT dès son lancement. La chaîne présentera vendredi au Conseil ses intentions en matière de distribution commerciale.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution