Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 19 Décembre 2003 à 00:00

Les offres de télévision sur la ligne téléphonique se multiplient

France Télécom et le bouquet satellitaire TPS ont lancé jeudi leur offre de télévision par ADSL avec le souci de se démarquer de celle du précurseur, le fournisseur d'accès internet Free, sur un marché naissant qui va bientôt compter une multitude de concurrents.

Deux autres projets de télévision via le téléphone se dessinent puisque l'opérateur LDCom lancera son offre en mars 2004 à Marseille, où il diffusera les chaînes du groupe Canal +, et que Cegetel proposera aussi au deuxième trimestre 2004 les offres de la chaîne cryptée à Rennes. Lancée à Lyon, l'offre de France Télécom et de TF1, actionnaire majoritaire de TPS, mise sur la simplicité et la sécurité et se positionne comme une offre de télévision, loin de toute référence à l'internet.

Elle sera accessible à Paris au printemps 2004, puis dans d'autres villes. "Nous ne sommes plus dans le monde de l'internet mais dans celui de la télévision", a dit Thierry Breton, Pdg de France Télécom. "Ce que l'on vend, c'est TPS", a souligné de son côté Patrick Le Lay, Pdg de TF1, insistant sur les exigences de qualité de la télévision. France Télécom a investi "des dizaines" de millions d'euros dans le projet, TPS mentionnant un investissement de 7 à 10 millions d'euros pour 2004.

Pour recevoir sur sa télévision, via la ligne téléphonique, l'offre de TPS, le client devra acquitter deux abonnements : l'un à France Télécom pour le pack MaLigne TV de 16 euros par mois et l'autre à TPS de 21 euros par mois pour recevoir un bouquet de 48 chaînes (élargi ensuite à 80) baptisé TPSL. A ces deux abonnements, s'ajoutent des frais d'accès au service de 64 et 40 euros respectivement.

Pour TPS, l'association à un opérateur de télécoms va lui permettre de viser la clientèle des centres villes où le satellite peut difficilement percer en raison de contraintes techniques. Il va venir concurrencer directement les offres des câblo-opérateurs. De son côté, l'opérateur de télécoms veut développer ses services haut débit sur la ligne fixe. Ainsi, les clients de MaLigne TV pourront aussi souscrire à des programmes de cinéma et télévision à la demande pour un prix de 0,5 à 7 euros.

Ils pourront aussi bientôt recevoir Canal+ et ses déclinaisons comme CanalSatellite, l'opérateur étant proche d'un accord avec la chaîne. Les offres des concurrents se positionnent différemment. Le fournisseur d'accès internet Free, dont la maison-mère Iliad prépare son introduction en bourse, mise exclusivement sur son abonnement internet haut débit à près de 30 euros par mois qu'il enrichit périodiquement de nouveaux services pratiquement sans supplément de prix.

Ainsi, Free a ajouté à son offre ADSL un service de téléphonie à prix cassés à l'automne, puis a lancé un bouquet de chaînes de télévision dont une vingtaine gratuites. Mais le fournisseur d'accès internet n'a pas réussi à convaincre Canal+ ou TF1 de diffuser leurs chaînes et a décidé de porter l'affaire devant le conseil de la concurrence. Le président de TF1, Patrick Le Lay, a affirmé être prêt à diffuser son produit TPS mais "dans les mêmes conditions techniques et de prix" que les autres moyens de diffusion.

LDCom et Cegetel, dont les offres ne sont pas précisément connues en termes d'offres de chaînes et de prix, misent aussi sur l'enrichissement de leurs offres de téléphonie ou d'internet. Ces deux groupes ont investi dans un réseau et Cegetel doit en particulier présenter ses offres d'internet haut débit ADSL en janvier.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution