Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 18 Octobre 2000 à 00:00

Les homosexuels du paysage télévisuel

Trois ans après que l'actrice Ellen DeGeneres, principale protoganiste de la série télévisée "Ellen", eut révélé qu'elle était lesbienne, les feuilletons mettant en prise des personnages incarnant des homosexuels font désormais partie du paysage du petit écran aux Etats-Unis.

L'épisode d'"Ellen" dans lequel elle a revendiqué son homosexualité, diffusé à un moment où la série était à ses taux d'audience les plus bas, a provoqué un brusque regain d'audience, mais la série a été annulée un an après. Depuis lors, les personnages incarnant des homosexuels sont devenus si courants qu'ils passent presque inaperçus.

Le mois dernier, la série "Will and Grace", diffusée sur la chaîne NBC et qui raconte l'histoire d'un homosexuel (Eric McCormack) cohabitant avec sa meilleure amie (Debra Messing), a gagné le prestigieux prix Emmy de la meilleure comédie, l'équivalent des "Oscars" pour la télévision américaine. En recevant le prix (une sculpture représentant une femme), le producteur de la série, Tim Kaiser, un homosexuel déclaré, a indiqué sur le ton de la plaisanterie qu'il avait enfin rencontrer une femme avec qui il aimerait coucher.

Des séries du même genre sont prévues pour cet automne, comme "Normal, Ohio", sur la chaîne Fox, dans laquelle l'acteur John Goodman joue le personnage d'un père homosexuel. Une autre chaîne, CBS, a préparé deux comédies à thème homosexuel, ainsi qu'une nouvelle série avec Ellen DeGeneres. Ces nouvelles productions s'ajoutent à celles qui comprennent déjà des personnages homosexuels, et qui sont au nombre de 13, selon le dernier rapport de l'association homosexuelle Gay and lesbian alliance against defamation (GLAAD). Parmi elles figurent la série policière "NYPD Blue", les séries destinées aux adolescents "Dawson's Creek", "Popular" et "Buffy the Vampire Slayer", ainsi que les comédies "Friends" et "Spin City".

"Cela reflète la vie réelle", a indiqué l'acteur homosexuel Bill Brochtrup, qui joue le rôle d'un réceptionniste gay dans "NYDP Blue". "Il y a des homosexuels partout, dans les petites et dans les grandes villes. Ils font partie du paysage américain", a-t-il dit. Cette tendance a également frayé son chemin dans les autres émissions, comme le démontre la victoire de Richard Hatch, un homosexuel déclaré, dans l'émission "Survivor", le grand phénomène de l'été. "Il y a certainement eu une évolution", selon Scott Seomin, un responsable de la GLAAD.

Les choses ont changé depuis les années soixante-dix, quand les personnages homosexuels apparaissaient occasionnellement sur le petit écran jusqu'à ce que Billy Crystal interprète en 1977 le premier rôle homosexuel dans la série "Soap" de Norman Lear. Le changement ne porte "pas tant sur le nombre de personnages incarnant des homosexuels, mais sur la profondeur du rôle qu'ils jouent", déclare Scott Seomin. "La télévision est si puissante. Son but est de divertir, mais elle a le pouvoir d'opérer des changements dans les coeurs et les esprits, et d'éduquer les télespectateurs", affirme-t-il. "Le message est que nous sommes tous égaux", souligne-t-il. Comme beaucoup de gens dans son cas, l'acteur Bill Brochtrup a indiqué que sa famille et ses amis savaient qu'il était gay longtemps avant qu'il ne l'annonce publiquement.

A l'instar de la télévision, le cinéma a présenté pendant des années des personnages et des histoires homosexuels, mais le nombre de vedettes qui ont affiché ouvertement leur homosexualité peut se compter sur les doigts de la main.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution