Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Lundi 27 Décembre 2004 à 00:00

Gérard Depardieu joue Volpone pour les fêtes, sur TF1

Gérard Depardieu, Daniel Prévost, Gérard Jugnot, Robert Hirsch sont réunis pour servir "Volpone", pièce célèbre du dramaturge élisabéthain Ben Jonson publiée en 1605.

Ce sera l'un des temps forts du programme de TF1 pour la période des fêtes. "Oui, l'idée de porter 'Volpone' à la télévision est de moi", assure Gérard Depardieu quand on l'interroge sur l'origine de ce projet, longtemps resté en stock avant d'être programmé pour les fêtes de fin d'année de 2004. Mais il rend hommage au scénariste du film, Eric-Emmanuel Schmitt, qui a eu l'idée, "diabolique" selon lui, de rajouter un frère jumeau à Volpone, absent de la pièce originale.

L'histoire est connue: Volpone (Gérard Depardieu), escroc de haute volée, en proie à l'avarice, prend comme assistant un maître-menteur, Mosca (Daniel Prévost). Feignant de disposer d'une immense richesse et d'être mourant, Valpone s'enrichit aux dépens de trois grands bourgeois de Naples qui convoitent son héritage. Finalement trahi par Mosca, Volpone retournera la situation à son avantage et les deux compères repartiront vers de nouvelles aventures. Réalisé par Frédéric Auburtin, le "Volpone" de TF1 prend des libertés non seulement avec la pièce de Ben Johnson, mais aussi avec l'adaptation faite par Jules Romains et avec le film réalisé en 1941 par Maurice Tourneur, où Harry Baur interprétait Volpone et Louis Jouvet, Mosca.

A la satire de cupidité et d'avarice de la comédie de Ben Johnson, le film de TF1 ajoute une histoire d'amour: le cynique Volpone, qui n'aime que l'argent, tombe amoureux de l'épouse de l'un de ceux qui convoitent son héritage. Quant à Volpone, le film lui permet de se montrer au grand jour, sous sa véritable nature, dans la force de l'âge, querelleur et bon vivant, quand il s'invente un frère jumeau. "Les rebondissements n'arrêtent pas. Mais c'est surtout un grand plaisir de pouvoir être dans un espèce d'esprit baroque", souligne Gérard Depardieu, qui est aussi frappé par l'"actualité" de la pièce.

Il y a dans ce film, selon Gérard Depardieu, "des côtés shakespeariens". Volpone, dit-il, "a le charme de l'escroc, mais il est aussi une caricature du romantique". "C'est difficile de trouver la juste mesure dans la caricature", déclare Gérard Depardieu. "Je suis une caricature (de moi-même), mais cela ne me dérange pas", ajoute-t-il. Citant Louis Jouvet, il estime que "la diction entraîne le sentiment". Dans son rôle d'avare, il a notamment pensé à Louis de Funès. "Il n'y a pas d'acte", mais seulement "une fabuleuse joie de vivre", dit-il.

Même sentiment chez Daniel Prévost, qui dispute ici la vedette à Gérard Depardieu, dans une interprétation qui lui a valu le prix d'interprétation masculine au Festival international du film de télévision de Luchon (Haute-Garonne) en 2004. "Ce n'est pas vraiment une composition", dit-il, en parlant de Mosca. "J'essaie de rester naturel autant que possible, en totale osmose avec le texte. Au fil des séquences, je me laisse porter par le personnage, par ses propos, par ses projets", ajoute-t-il. "La télévision est le moyen idéal de diffuser (une oeuvre audiovisuelle) à travers la planète", souligne encore Gérard Depardieu, tout en assurant que "Volpone", tourné en 35 mm au Portugal, et pour lequel TF1 a dépensé 17 millions d'euros, a les qualités d'un film de cinéma.

Après "Le comte de Monte Christo", ou "Balzac", Gérard Depardieu, qui assure avoir "plein de projets" pour la télévision, vient de jouer un des personnages des "rois maudits". Diffusion le 27 décembre sur TF1 à 20H55
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public