Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 16 Novembre 2000 à 00:00

Premiers pas de Belmondo dans la fiction télévisée

Jean-Paul Belmondo fera dans huit jours ses débuts d'acteur de télévision, en incarnant pour TF1 un riche industriel impliqué dans un scandale politico-financier, "Ferchaux", adapté de Georges Simenon.

"Ce ne seront pas de vrais débuts en télévision, puisque j'ai interprété à la fin des années 50, à l'époque des "dramatiques" en direct, Les Trois Mousquetaires", a précisé Jean-Paul Belmondo. "Revenir à la télévision avec une oeuvre de Simenon, que j'avais déjà abordée au cinéma, qui plus est, était une belle occasion", a-t-il ajouté tout sourire, crinière blanche, teint bronzé et chemise entre-ouverte.

"Ferchaux" est adapté du roman de Georges Simenon "L'Aîné des Ferchaux", dont Jean-Pierre Melville avait tiré un film du même nom en 1963. Charles Vanel y interprétait le rôle du vieil industriel, tandis que Belmondo jouait son jeune accolyte. Dans cette nouvelle adaptation, réalisée par Bernard Stora, également derrière la caméra, Belmondo reprendra le rôle de Vanel tandis que Samy Naceri (rendu célèbre par le film "Taxi") endossera celui du jeune homme. "J'attends beaucoup de la confrontation de ces deux acteurs", a déclaré Bernard Stora. "Naceri est un sensible, il a besoin de ressentir les choses personnellement pour mieux les interpréter. Quant à Belmondo, avec une telle carrière, on veut tous savoir ce qu'il peut faire d'autre. Je pense que le rôle de Ferchaux sera différent de tout ce qu'il a fait jusqu'ici". "C'est un beau rôle que seule la télévision peut offrir aujourd'hui", estime Jean-Paul Belmondo. "On ne pourrait pas refaire "Ferchaux" au cinéma. Le format télévisé nous offrira deux fois 90 minutes et du coup, l'histoire sera plus complète que chez Melville, notamment dans sa partie française".

Après la France, le tournage emmènera début 2001 les acteurs -- l'affiche compte aussi Julie Depardieu -- en Espagne et au Venezuela. Produit par GMT et doté d'un confortable budget de 30 millions de francs, "Ferchaux" sera coproduit avec l'Espagne, l'Italie et l'Allemagne. "Ce ne sera pas un remake de Melville", a martelé Jean-Paul Belmondo. "D'ailleurs, je vais me démarquer de Charles Vanel. Outre qu'il était plus âgé que moi quand il a interprété Ferchaux, Stora a créé un personnage plus moderne, plus actuel. C'est aussi ce qui fait l'intérêt de cette adaptation".

Interrogé sur les raisons qui le poussent à revenir aujourd'hui devant les caméras de télévision, Belmondo affirme: "le cinéma ne me donne pas, en ce moment, les rôles dont j'ai envie". De fait, ses films récents, comme "Une chance sur deux" de Patrice Leconte, avec Alain Delon et Vanessa Paradis, ou "Peut-être" de Cédric Klapish, ont été des échecs cuisants. "Mais je ne vais pas à la télévision parce que le cinéma ne marche plus", tempère-t-il. "Aujourd'hui, un acteur doit jouer partout. Pour l'instant, je suis à la télévision, demain je serai peut-être au théâtre ou ailleurs".

Il rejoint en tous cas la lignée des acteurs de cinéma qui s'adonnent au petit écran, comme Gérard Depardieu ou Alain Delon, ce dernier devant incarner pour TF1 Fabio Montale, le flic héros de Jean-Claude Izzo. Une dernière compétition avec son éternel rival? "Il n'y a jamais eu de cela entre Delon et moi. L'un n'a jamais empiété sur le terrain de l'autre."
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution