Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 7 Décembre 2000 à 00:00

TPS passe à l’offensive

Le bouquet de télévision par satellite TPS, qui vient de passer le cap du million d'abonnés, poursuit l'offensive contre son rival CanalSatellite, pour obtenir le plus large accès possible aux films et aux matches de foot, les deux poules aux oeufs d'or de la télévision payante.

Après avoir déjà traîné Canal+ devant les tribunaux, pour abus de position dominante sur le marché des droits cinéma, TPS a décidé de récidiver. "TPS va porter plainte devant le Conseil de la Concurrence, car le précédent jugement n'a pas été assorti d'effets", a confié lundi Jacques Espinasse, dans un entretien à l'AFP. Condamnée par le Conseil de la Concurrence pour abus de position dominante, Canal+ avait écopé d'une amende de 10 millions de francs, confirmée en appel.

La justice avait surtout demandé au groupe de Pierre Lescure de cesser de verrouiller l'accès aux droits de diffusion des films français récents en paiement à la séance (pay per view). Sur le football, pour lequel TPS a déboursé 1,7 milliard de francs, le bouquet présidé par Patrick Le Lay a choisi la voie du compromis.

Face à Canal+, qui a décidé en septembre de modifier son offre de football, les deux diffuseurs ont préféré la conciliation avec la Ligue nationale de football. Pour faire décoller son service de paiement à la séance, qui accuse des pertes de "quelques dizaines de millions de francs", TPS se doit de faire entrer des produits frais, susceptibles d'attirer le télespectateur. TV Mail en tête Paradoxalement, la fusion entre Vivendi, Canal+ et Seagram, qui va donner naissance au numéro 2 mondial de la communication, n'effraie pas les dirigeants de TPS.

"Nous avons surtout accueilli avec plaisir la décision de Bruxelles, qui oblige les studios Universal à ouvrir 50% de leur production", insiste Guillaume de Posch, directeur général adjoint chargé des programmes. "En revanche, le fait d'avoir un pied sans les studios Universal, permet à Canal+ d'entretenir de meilleures relations avec les autres studios américains".

TPS entend par ailleurs cultiver son avance sur son concurrent en matière de services interactifs, dont les recettes sont loin d'être négligeables. Après un chiffre d'affaires confidentiel la première année (500.000 F), "les services interactifs ont dégagé un chiffre d'affaires net de 5 MF en 1998, 15 MF en 1999 et de 30 MF en 2000", a confié Alain Staron, directeur des nouveaux services. Pour 2001, TPS attend 100 MF. Les recettes comprennent l'hébergement des services, le coût de référencement, la quote part du chiffre d'affaires du PMU, la surtaxation sur les communications téléphoniques et le sponsoring. Les services interactifs devraient atteindre l'équilibre dans 2 ou 3 ans, selon Alain Staron, alors que le point d'équilibre global pour TPS est attendu fin 2002 avec 1,4 million d'abonnés.

En terme d'usage, c'est le TV Mail (adresse électronique via le téléviseur) qui arrive en tête, devant les jeux associés aux chaînes (du type "Qui veut gagner des millions?"), les produits financiers et les jeux en réseau. Après les messages e-mail sur le téléviseur, TPS va lancer les mini-messages (SMS, short message system) en direction des mobiles. Les échanges d'e-mails entre ses abonnés étant nécessairement limités (ils représentent 4% des foyers français), TPS préfère leur ouvrir les écrans des 30 millions de téléphones portables français.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution