Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 9 Décembre 2000 à 00:00

La télévision reste maîtresse des J.O face à l'internet

Les chaînes de télévision, qui s'étaient inquiétées de la concurrence que l'internet pourrait leur faire pour la diffusion des jeux Olympiques, ont été rassurées par le Comité international olympique (CIO) qui leur a réaffirmé sa fidélité.

Lors de la première conférence mondiale sur le sport et les nouveaux médias tenue à Lausanne, la question a été présente ou au moins sous-jacente dans la plupart des débats: le mouvement olympique allait-il céder aux avances de plus en plus pressantes des diffuseurs du web?

Le président du CIO Juan Antonio Samaranch a été on ne peut plus net: "La télévision a l'argent, la télévision a les droits", a-t-il déclaré lors de la conférence de presse finale. Cette sentence peut paraître brutale et mercantile, mais elle a le mérite du réalisme. Aucun des experts des nouvelles technologies présents n'a pu convaincre que l'internet était capable, dans un avenir prévisible, de livrer gratuitement les images des Jeux à 3,7 milliards de personnes (40 milliards en audience cumulée), niveau atteint lors des Jeux de Sydney en septembre. Et aucun n'a pu démontrer que le sport en général, les JO en particulier, étaient sur la Toile plus qu'un potentiel. Tous ont admis que, pour prometteuse qu'elle soit, la rentabilité financière restait à concrétiser.

Les bilans annoncés par la chaîne américaine de télévision NBC, détentrice des droits olympiques jusqu'aux Jeux de 2008, ont été à cet égard révélateurs: elle a engrangé grâce aux images télévisées quelque 900 millions de dollars de recettes publicitaires lors des Jeux de Sydney. Son site internet, qui diffusait les mêmes images en vidéo, ne lui en a rapporté que 20 millions.

Le CIO, qui doit négocier avant 2003 les droits de diffusion des Jeux postérieurs à 2008, n'entend toutefois pas se lier les mains. Samaranch, qui terminera son mandat en juillet 2001, a répété à plusieurs reprises qu'il ne commettrait pas l'imprudence de son prédécesseur Avery Brundage, qui, il y a quarante ans, alors que se posait la question de savoir si le CIO devait céder les droits des Jeux aux télévisions, avait déclaré: "On s'est passé de la télévision depuis soixante ans, on s'en passera bien encore pendant les soixante prochaines années".

Le CIO a donc déjà établi que la diffusion des Jeux sur l'internet était soumise à des droits. Il a, par ce biais, interdit aux sites web de concurrencer dans l'immédiat les télévisions. Mais il s'est aussi réservé la possibilité de changer de partenaire en cas d'expansion financièrement significative de l'internet ou de s'assurer un complément de recettes si la technique parvenait à placer des frontières sur la Toile.

Dick Pound, vice-président du CIO, a en effet souligné que le fond du problème était la globalité du média électronique qui rend l'information accessible à tous les connectés sans exception, où qu'ils se trouvent géographiquement. "Si l'internet trouve un moyen de ne donner accès qu'à ceux se trouvant dans un zone géographique non protégée par l'exclusivité des télévisions, alors tout sera possible, a-t-il expliqué. Mais pas avant".

Pas de quoi inquiéter les télévisions qui ont déjà en chantier l'arme fatale: la télévision interactive, qui combinera pour le consommateur sur un écran unique les atouts de la télévision et ceux - gratuité en plus - de l'internet.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution