Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Vendredi 7 Avril 2006 à 00:00

Lagardère se recentre sur les médias

En baissant sa participation dans le groupe aéronautique EADS, Lagardère se désengage d'activités annexes tout en augmentant son trésor de guerre et peut ainsi continuer à se développer dans les médias, objectif prioritaire d'Arnaud Lagardère.

Conformément à ce qu'il avait annoncé, Arnaud Lagardère, gérant commandité de Lagardère SCA, a décidé de ramener progressivement à 7,5% sa part dans EADS, contre 15% actuellement. Le groupe automobile DaimlerChrysler, qui a lui aussi annoncé la cession de 7,5% dans EADS, estime à "environ 2 milliards d'euros" la valeur actuelle de cette participation. De source proche du dossier, on souligne que cette vente entre bien évidemment dans le cadre de la stratégie de recentrage de Lagardère sur les médias. Comme l'avait expliqué Arnaud Lagardère lors de la présentation des comptes de son groupe début mars, Lagardère souhaite renforcer sa position dans les médias et les livres, une opération qui se fera sur le long terme et pas à n'importe quel prix. Le dirigeant du groupe, âgé de seulement 45 ans, a plusieurs fois rappelé qu'il avait trente ans devant lui.

Dans l'édition, le groupe est devenu numéro trois mondial en rachetant en février Time Warner Book Group, cinquième éditeur américain. Cette opération a permis au groupe de rééquilibrer sa présence dans le bassin anglo-saxon. Il pourrait à l'avenir regarder vers l'Asie. Dans les médias, Lagardère, actionnaire à 34% du bouquet satellitaire CanalSat, va prendre 20% du nouveau pôle de la télévision payante né de la fusion entre les bouquets concurrents CanalSat et TPS. Il garde ainsi une place de choix, mais le contrôle du nouvel ensemble appartiendra exclusivement à Vivendi Universal (propriétaire à 65%). Trois ans après le rapprochement effectif, le groupe aura la possibilité de monter à 34%, de se désengager ou de racheter la part de Vivendi si ce dernier souhaite vendre.

En matière de télévision, CanalSat/TPS semble être pour le moment le seul terrain de jeu d'envergure sur lequel peut jouer Lagardère. M6 est en effet détenu par l'allemand RTL Group et les rumeurs sur une éventuelle privatisation de France 2 se sont tues. Dans la presse écrite, Hachette Filipacchi Médias --filiale de Lagardère et numéro un mondial en presse magazine-- est limitée pour ses achats en France en raison des seuils de concentration à respecter. Elle a en revanche les coudées franches pour des acquisitions à l'étranger. Par ailleurs, un rapprochement est en cours entre ses titres de presse régionale et ceux détenus par Le Monde dans le sud de la France. Récemment, Lagardère est entré dans le capital du Monde SA pour 17%.

Quant au lancement d'un quotidien gratuit en France, qui nécessiterait un gros investissement, il "n'est pas joué", selon une source proche du dossier. Le marché a salué le désengagement partiel de Lagardère dans EADS, avec un bond de 3,27% de l'action mercredi en début d'après-midi. Selon la banque d'affaire Goldman Sachs, cette cession partielle lui donnera les moyens de réaliser des acquisitions importantes et de prendre donc l'avantage face à ses principaux concurrents. "Lagardère ne pouvait pas jouer un rôle de premier plan dans EADS, il valait donc mieux qu'il se focalise sur son coeur de métier", souligne Julien Quistrebert, analyste à la société de bourse Richelieu Finance.

Concernant les reproches adressés à Arnaud Lagardère sur son manque d'audace, l'analyste estime que "les livres, c'est certes moins sexy que d'autres activités". Mais ce secteur est solide et génère une bonne trésorerie, déclare-t-il.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public