Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 20 Décembre 2000 à 00:00

Succès total du quatrième lancement commercial d'Ariane-5

Ariane-5 a mis sur orbite, mardi soir, deux satellites géostationnaires de télécommunications, Astra-2D (Luxembourg) et GE-8/Aurora-III (Etats-Unis) et une maquette japonaise de réflecteur d'antenne déployable (LDREX).

Le lanceur de ce 138ème vol d'une fusée européenne, qui avait décollé à 21h26 (soit 00h26 GMT ou 01h26 heure de Paris, mercredi) du Centre spatial guyanais, à Kourou, a largué successivement ses trois "passagers" dans l'espace, comme prévu, entre 28 et 40 minutes de vol. ASTRA-2D est le septième satellite de la Société européenne des satellites (de droit luxembourgeois) lancé par une Ariane depuis 1988.

Au terme d'une série de manoeuvres en orbite, ce satellite de plus de 1,4 tonne au décollage sera placé sur une position géostationnaire (36.000 km au-dessus de l'équateur) par 28,2 degrés Est, soit au-dessus de l'Afrique centrale. Construit par Boeing Satellite System, ASTRA-2D diffusera des émissions de télévision directe en mode numérique pendant plus de douze ans sur toute la Grande-Bretagne et les région avoisinantes. Fabriqué par Lockheed Martin, le satellite GE-8/Aurora-III est, pour sa part, le quinzième satellite de l'opérateur GE Americom lancé par Ariane.

De sa position orbitale à 139 degrés Ouest, au-dessus de l'océan Pacifique, il doit acheminer des liaisons téléphoniques vers les cinquante Etats nord-américains, y compris l'Alaska et Hawaï. Enfin, l'expérience LDREX (Large Deployable Reflector Experiment/Expérience du grand réflecteur déployable), lancée en tant que passager auxiliaire, est une maquette à l'échelle 1/2, de 182 kg, représentant la grande antenne déployable du futur satellite technologique ETS-8 de l'Agence spatiale japonaise (NASDA).

Une caméra embarquée a filmé le déploiement de cette maquette construite par Toshiba, un peu plus de quarante minutes après le décollage de la fusée. L'engin expérimental devait ensuite rester fixé au dernier étage du lanceur, avant de s'en séparer à son tour, après 24 minutes de vol supplémentaire. Selon les premières informations, l'expérience s'est bien déroulée. Ce lancement d'Ariane-5 devait être précédé par celui d'une fusée Ariane-4 (vol numéro 137), prévu le 8 décembre et reporté à deux reprises à la suite des problèmes techniques sur le satellite turc de télécommunications Eurasiasat-1.

Ce tir, pour lequel aucune nouvelle date n'a encore été fixée, aura lieu en principe dans la première quinzaine du mois de janvier. Après le succès du vol 138, qui est le dernier lancement de l'année 2000, le carnet de commandes d'Arianespace comprend trente-six satellites à mettre sur orbite par des fusées Ariane-4 ou Ariane-5, plus neuf lancements de véhicules de transport automatiques (ATV, Automatic Transfert Vehicle) vers la Station spatiale internationale (ISS), par une version future d'Ariane-5.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution