Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Vendredi 6 Octobre 2006 à 00:00

Frédéric Taddeï, joker inattendu du service public pour relancer la culture

Le journaliste et animateur Frédéric Taddeï, qui a opéré la nuit pendant huit ans sur la chaîne Paris-Première "pour mieux comprendre le monde", a pour mission de réconcilier chaque soir les téléspectateurs avec la culture, depuis fin septembre sur France 3.

La chaîne, à l'origine du concept, remet à plat le principe même de l'émission culturelle : "Ce soir ou jamais", diffusée en direct du lundi au jeudi vers 22H50 encadre "Soir 3", le journal de la nuit présenté par Marie Drucker et programmé désormais à 23H00. Décrypteur de la société et défricheur de tendances, Frédéric Taddeï a hésité un moment devant l'ampleur de la tâche alors qu'il continue de présenter chaque jour sur Europe 1 un autre rendez-vous culturel en direct, "Regarde les hommes changer" (15H30/16H30) dans lequel il reçoit des "personnes agissantes de la société" aux parcours éclectiques et singuliers.

"Après réflexion, je me suis demandé si on pouvait refuser une proposition pareille: France 3 me donnait l'occasion de démontrer qu'il y a d'autres moyens de faire une émission culturelle qui fonctionne, c'est-à-dire en intéressant un large public et en s'affranchissant des codes établis", déclare à l'AFP Frédéric Taddeï. Le journaliste-animateur, qui a dû abandonner Paris-Première et sa mini-caméra numérique promenée dans toutes les nuits du monde (il a passé le le relais à Xavier de Moulins), a toutefois imposé à France 3 sa vision d'une émission culturelle dépoussiérée. "C'est-à-dire sans chroniqueurs et autres spécialistes mais en donnant la parole aux vrais acteurs de la culture que sont les écrivains, les cinéastes ou les chanteurs sur des sujets d'actualité sur lesquels ils ont pu écrire, filmer ou étudier", explique-t-il.

"J'aimerais qu'on puisse dire que cette émission complète la tranche d'information, permettant aux téléspectateurs d'apprendre des choses même s'ils n'achètent jamais un livre ou ne vont jamais au cinéma ou au théâtre. Et si on donne envie d'y aller, tant mieux!", ajoute-t-il. En allant sur Paris-Première à la rencontre des noctambules, Frédéric Taddei faisait de "l'ethnologie urbaine". Sur France 3, le décryptage de l'actualité à travers le prisme culturel lui apparaît comme un prolongement idéal. "La culture nous permet de comprendre ce que nous sommes et la société dans laquelle on vit. Elle est l'une des clés. L'actualité en est une autre", estime cet autodidacte de 45 ans qui a débuté sa carrière en créant l'éphémère magazine "Maintenant" en 1990.

Repéré par Jean-François Bizot, il rejoint Actuel et Radio Nova avant d'être appelé par Canal+ en 1994 où déjà il défriche son époque, sa marotte. Les années "Paris Dernière" où il s'est confronté souvent à la nuit interlope, a renforcé son image branchée : "Ce n'est pas moi qui suis branché. C'est l'émission!", répond-il à ses détracteurs. C'est d'ailleurs avec un ton didactique, sans rien de professoral, que Frédéric Taddei présente depuis deux ans un programme court, "D'art d'art" (le dimanche à 20H40 sur France 2). En 90 secondes, il raconte l'histoire drôle ou insolite d'une oeuvre d'art, là encore "pour donner envie".
Le travail de Frédéric Taddeï le soir sur France 3 est remarquable de qualité : fini l'animateur qui ne sait que lire des fiches, ou qui reste rivé à un prompteur, même pour dire bonjour...ici nous avons un animateur qui connait ses invités , qui les interroge en toute décontraction, passant d'un sujet à l'autre avec une aisance inconnue jusqu'à présent.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public