Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Mardi 17 Octobre 2006 à 00:00

Débat socialiste: un décor austère pour un débat équilibré

Dans un concert de coups de marteau, une dizaine d'ouvriers mettaient fébrilement lundi la dernière main au décor très dépouillé, presque austère, dans lequel se déroulera ce mardi soir le premier des grands débats télévisés entre les trois candidats à l'investiture du parti socialiste, Laurent Fabius, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn.

Seuls éléments notables, dans le vaste hall tendu de noir du Studio Carnot, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), les cinq hauts pupitres de bois crème et beige clair, identiques, derrière lesquels prendront place, debout, d'une part les trois candidats, et, face à eux, les deux journalistes, Emilie Aubry, pour LCP-Assemblée nationale, et Emmanuel Kessler, pour Public Sénat, chargés de les interroger. "C'est une chance exceptionnelle de donner aux Français un débat démocratique comme celui-là", assure à l'AFP le président de Public Sénat, Jean-Pierre Elkabbach, venu avec Richard Michel, président de LCP-Assemblée nationale, superviser les derniers préparatifs.

"C'est complètement inédit en France, ajoute Richard Michel, soulignant que le but des deux chaînes est "de faire gagner des parts de marché à la politique". "La dramaturgie de l'émission sera dans ce que diront les candidats", dit Philippe Lallemant, directeur artistique de l'émission. Les candidats seront flanqués d'écrans, où leur visage apparaîtra en gros plan. Derrière, dans la pénombre, prendront place une quarantaine d'invités qui ne seront pas filmés. Très haut, face aux journalistes, une horloge égrènera les minutes du temps de parole. Les candidats eux-mêmes disposeront d'un signal lumineux déclenché 30 secondes avant la fin du temps imparti. Rien n'a été laissé au hasard pour éviter tout déséquilibre.

En partenariat avec le Parti socialiste, le débat a été très minutieusement organisé pour que le temps de parole soit rigoureusement réparti. La place même des candidats, de gauche à droite, à chacun des trois pupitres disposés en arc de cercle face aux journalistes, sera tirée au sort. Pour ce premier débat, consacré aux questions économiques et sociales, une dizaine de questions seront posées en alternance par les journalistes. Chaque candidat, à son tour, disposera de trois minutes pour y répondre. La retransmission en direct du débat en exclusivité par les deux chaînes parlementaires a suscité un intérêt passionné des autres chaînes françaises d'information.

LCI, filiale de TF1, a été autorisé à retransmettre simultanément le débat, mais pas i-TELE (groupe Canal+), concurrente directe des deux chaînes parlementaires sur la télévision numérique terrestre. "Nous avons reçu des demandes de rediffusion de la part de nombreuses chaînes étrangères, y compris japonaise", confie Richard Michel.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public