Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Mardi 24 Octobre 2006 à 00:00

Depuis un an, télés et radios tâchent de couvrir régulièrement les banlieues

Les médias audiovisuels reviennent cette semaine sur les émeutes en banlieue de l'automne 2005, l'occasion pour eux de faire le point sur la situation, mais tous assurent s'être efforcés de suivre de manière régulière la vie dans ces quartiers au cours des douze derniers mois.

Suite aux émeutes de 2005, "on s'est tous interrogés sur la façon dont on doit traiter les banlieues", déclare Jérôme Dorville, directeur adjoint de la rédaction d'Europe 1. "La leçon que l'on en a tiré, c'est qu'on ne doit pas les oublier. On y va régulièrement". Chez RTL, le directeur de l'information Hervé Béroud souligne lui aussi que la station a suivi la situation en banlieue tout au long de l'année. Cette semaine, la radio diffusera "des sujets "froids" qui évitent d'appuyer là où ça pourrait rallumer la mèche".

France Inter organise une journée spéciale vendredi (un an après le déclenchement des violences), en direct de la radio associative Droit de Cité, au Val Fourré, à Mantes (Yvelines). "Cela fait un an qu'il y a eu un événement majeur. C'est l'occasion de faire le point" et de dresser un bilan, explique le directeur de la station Frédéric Schlesinger. Mais il rappelle que France Inter avait ouvert ses micros à des jeunes de Seine-Saint-Denis en mars dernier, lors d'une journée spéciale, et que la station diffuse tous les samedis une émission, "Périphéries", consacrée aux banlieues. "Il faut cependant que l'on fasse plus et mieux", estime Frédéric Schlesinger.

Depuis janvier 2006, France Bleu Ile-de-France (groupe Radio France) a installé un réseau de "RER" (reporters en résidence). Un bureau a été ouvert dans cinq des sept départements de la banlieue parisienne, ce qui permet aux cinq "RER" de traiter toute une gamme de sujets, de la culture à l'économie, sans se cantonner aux incidents. Du côté des télévisions, TF1, France 2 et France 3 reviennent sur les émeutes de 2005: l'occasion de faire un point "sur les initiatives prises dans tous les domaines", selon le directeur de l'information de TF1 Robert Namias, "constater ce qui a pu changer", selon sa consoeur de France 2 Arlette Chabot, ou encore "parler du sort des jeunes émeutiers arrêtés en 2005, de l'école ou de la police municipale" dans ces quartiers, selon Paul Nahon de France 3.

Eux aussi insistent sur le suivi régulier qu'ils se sont efforcé de mettre en oeuvre au cours des douze derniers mois. TF1 "a essayé de montrer la vie" dans ces quartiers et France 3 dit consacrer un ou deux sujets par mois aux banlieues dans le journal de 19H00. "On n'a pas attendu les +un an+ pour enquêter sur le terrain, montrer les progrès ou ce qui n'avançait pas, s'intéresser aux personnes" qui vivent là-bas, souligne Paul Nahon. Les responsables des radios et télévisions interrogés soulignent aussi que la banlieue est un sujet sensible. "On sait très bien qu'il y a un risque de manipulation des médias par certains groupes qui ont intérêt à ce que les banlieues s'embrasent", déclare Jérôme Dorville.

Pour Robert Namias, "les médias sont non seulement témoins mais aussi acteurs, nous le sommes clairement". "On nous a reproché d'avoir été absents des banlieues pendant des années. On n'y allait plus parce que notre présence déclenchait des actes délictueux, certains mettaient le feu pour qu'on ait des images", souligne Arlette Chabot. Pour Jérôme Dorville, "tout est question de dosage". En cas d'incident, "il ne faut ni occulter l'information, ni en faire trop", résument en substance les responsables des radios et télévisions.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public